Découvrez Le Courrier de la Mayenne en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Interview [Partie 1]. Jordy Weiss, avant son combat contre Michal Lesniak : "ça sera une guerre comme contre Jon Miguez"

Actualités. Le guerrier du Stade lavallois Boxe Jordy Weiss (31 victoires, 1 nul) défendra son titre européen des poids mi-moyens samedi 9 mars au Palais des Sports de Caen face au Polonais Michal Lesniak (17 V, 1N, 2D). De retour de Londres où il préparait son combat, ''El Gitano'' se livre sans langue de bois au Courrier de la Mayenne.

Interview [Partie 1]. Jordy Weiss, avant son combat contre Michal Lesniak : "ça sera une guerre comme contre Jon Miguez"
Jordy Weiss, boxeur lavallois né à Rouen et arrivé en Mayenne à l'âge de 7 ans, défendra sa ceinture européenne pour la première fois samedi 9 mars au Palais des Sports de Caen.

À quoi ressemble votre quotidien depuis ce titre de champion d'Europe acquis le 31 octobre 2023 ?

Rien n'a changé dans mon programme, quand je pars à Londres j'ai deux entraînements par jour : un le matin et un le soir. Je fais beaucoup de sparrings. Ce sont des sortes de combat mais avec des protections, comme dans les films. Je vais en Angleterre pour ça, c'est comme ça qu'on progresse le mieux.

À quelques jours du combat, comment vous sentez-vous ?

Je me sens bien, je n'ai pas de blessure. C'est un peu la bête du boxeur d'avoir des blessures et de ne pas sentir bien dans sa tête. Je suis super bien entouré et c'est que du bonheur. Je suis confiant.

Quel est votre programme lors de la semaine qui précède le combat ?

Travailler l'explosivité et entretenir le cardio. La préparation est faite, je ne vais plus créer de miracles. J'ai effectué mon dernier gros travail sur piste d'athlétisme mercredi dernier (28 février). Le but est de faire du jus jusqu'au jour J.

Que savez-vous de votre futur adversaire Michal Lesniak ?

C'est le combat de sa vie. Un titre de champion d'Europe c'est le rêve de tous les boxeurs du continent. On sait très bien qu'être champion du monde est compliqué puisque les Américains dominent. Quand tu es boxeur européen, tu fais tout pour faire un championnat d'Europe donc quand tu y es tu donnes tout. Je sais que c'est un mec qui va me rentrer dedans en voulant me faire mal.

C'est le genre de combat que vous aimez ?

Bien sûr. Je boxe pour me repousser dans mes retranchements et dépasser mes limites. Le combat est toujours plus beau quand il est dur et la victoire n'en est que plus belle.

Être le champion change votre préparation mentale ?

C'est différent parce que c'est plus dur de garder la ceinture plutôt que de la remporter. Les mecs en face sont des loups, des chiens ! Ils veulent la ceinture à tout prix et n'ont rien à perdre. Moi, j'ai tout à confirmer. En plus de ça, je n'ai plus l'habitude de boxer à l'extérieur même si au total j'ai plus de combats à l'extérieur qu'à domicile. Quand je dis à l'extérieur, c'est en France, mais ça reste à l'extérieur. Si le Stade lavallois joue à Dunkerque, on dit qu'ils sont à l'extérieur. Je sais le gérer mais c'est une pression supplémentaire. On va devoir se bagarrer pour qu'il comprenne que je ne suis pas là par hasard.

Le fait de pas être devant votre public a un impact ?

Je suis français, il est polonais. Je pense que les gens dans la salle seront derrière moi. Il y a un bus qui de supporters qui part de Laval pour me soutenir. Des membres de ma famille vivent en Normandie et seront présents. Mais je ne serai pas chez moi. Quand j'aurai besoin d'être poussé, ça ne sera pas comme à Laval c'est sûr. Il faut savoir prendre des risques et aller de l'avant. En tant que champion il faut passer par là.

Avez-vous déjà croisé votre adversaire ?

Jamais. Je sais que c'est un mec qui aime travailler au corps. Il faudra faire attention au foie parce qu'un coup au foie ne pardonne pas et il aime donner des coups à ce niveau-là.

Avez-vous hâte de le rencontrer pour ressentir cette tension ?

Il y a des boxeurs qui aiment ça : voir leur adversaire et le connaître avant. Moi, je n'y prête pas attention. J'ai rencontré des mecs à la pesée qui étaient « tout keuss » (traduction : « tout sec ») et le lendemain ils avaient rechargé la mule à 200 % en mangeant. Lors de la pesée, je ressens simplement si le mec a ce qu'il faut dans le pantalon.

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
Maison centre ville Evron avec un beau terrain
Maison centre ville Evron avec un beau terrain Evron (53600) 210 000€ Découvrir
Maison Pays Basque
Maison Pays Basque Bassussarry (64200) 800€ Découvrir
Location studio
Location studio La Baule-Escoublac (44500) 450€ Découvrir
Maison en prêt vendeur
Maison en prêt vendeur Bessé-sur-Braye (72310) 350€ Découvrir
Automobile
Scooter Yamaha Cygnus X 125 cm3
Scooter Yamaha Cygnus X 125 cm3 Laval (53000) 650€ Découvrir
Camping-car Bavaria
Camping-car Bavaria Grazay (53440) 31 000€ Découvrir
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL Saint-Pierre-sur-Erve (53270) 17 000€ Découvrir
206 2.0 hdi
206 2.0 hdi Bonchamp-lès-Laval (53960) 4 450€ Découvrir
Bonnes affaires
Vide maison à Izé
Vide maison à Izé Izé (53160) 0€ Découvrir
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé Laval (53000) 300€ Découvrir
Chambre à coucher
Chambre à coucher Le Genest-Saint-Isle (53940) 380€ Découvrir
Table ronde +chaises
Table ronde +chaises Château-Gontier-sur-Mayenne (53200) 200€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Interview [Partie 1]. Jordy Weiss, avant son combat contre Michal Lesniak : "ça sera une guerre comme contre Jon Miguez"