Argentré : il veut amener l’eau à son moulin, l’Etat refuse

09h00 - 18 décembre 2018 - par G.P
Argentré : il veut amener l’eau à son moulin, l’Etat refuse
Tony Gruau devant la Jouanne et le barrage qu’il pourrait être contraint de détruire.

A Argentré, le propriétaire d’un ancien moulin souhaite installer une turbine hydro-électrique sur la Jouanne. L’Etat s’y oppose. Une bataille est engagée devant le tribunal administratif.

Une petite habitation bordée par la Jouanne et les arbres. Voilà le cadre choisi il y a trois ans par Tony Gruau pour poser ses valises. A l’époque, le jeune homme est séduit par l’ancien moulin niché au sein du lieu-dit L’Hermitage à Argentré. « Je cherchais une petite maison pas trop chère. J’aime la pêche. Ici, je peux prendre ma barque ou le zodiaque et remonter la rivière », glisse-t-il.

Mais au-delà de taquiner sandres, brochets et autres poissons, l’Argentréen est séduit par une autre perspective : produire sa propre électricité. « Je souhaite mettre en place une petite turbine ou réinstaller une roue comme autrefois. Avec le courant l’hiver, ça pourrait me permettre de chauffer la maison. L’été, ça me permettrait d’éclairer l’extérieur. Je ne suis pas forcément quelqu’un d’écolo. Mais si je peux faire un effort... », ajoute-t-il.

Le droit d'eau contesté par l'Etat

Mais pour mener à bien son projet, Tony Gruau doit apporter de l’eau jusqu’à son moulin. « Un des anciens propriétaires a comblé le canal qui acheminait l’eau car un enfant était tombé dedans. Il suffirait de creuser et d’enlever la terre », présente-t-il. Problème, l’Etat refuse tout aménagement depuis des années et conteste le droit d’eau de la propriété. « Le litige existait déjà au temps de l’ancien propriétaire qui voulait aussi installer une turbine », explique l’Argentréen, qui a repris la procédure.

Retrouvez la suite dans votre dernière édition du Courrier de la Mayenne.

Mots clés : Argentré,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
3 commentaires
  1. Machin

    Voir Hydro Energie Revue de Juillet 2018, arrêt de la Cour Administrative de Nantes n° 16NT00807 du 24 Avril 2018 sur un canal comblé.

    Signaler le commentaire
  2. catule

    Bravo, il faut résister à ces abus de pouvoir de l'état qui vise a effacer nos anciens moulins plus que jamais utiles aujourdhui pour produire de l'énergie propre.

    Signaler le commentaire
  3. bidule

    D'accord avec l'état ! ça suffit les moulins, les barrages et compagnie sur les cours d'eau, qui finissent par perdre leur courant et leur lit d'origine. Laissez nous la nature !

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire