Laval : l'exclusion d'un élève fait polémique au lycée Robert-Buron

18h00 - 28 janvier 2019 - par V.P
Laval : l'exclusion d'un élève fait polémique au lycée Robert-Buron
Les professeurs du lycée Robert-Buron de Laval ont débrayé ce lundi 28 janvier.

Exclu définitivement pour avoir menacé une enseignante, l'élève peut finalement revenir dans l'établissement. Les professeurs du lycée Robert-Buron de Laval ont débrayé ce lundi 28 janvier.

« Je vais te tarter ! Et si ce n'est pas moi, c'est ma mère qui le fera ». C'est ce qu'aurait prononcé un élève de CAP du lycée Robert Buron à l'encontre de sa professeur début décembre. L'élève, qui avait déjà fait parler de lui auparavant, est convoqué en conseil de discipline pendant le mois de décembre. La sanction tombe: exclusion définitive.

Interrogée au commissariat

Mais la famille a fait appel de la décision auprès du rectorat de l'Académie de Nantes. Vendredi 25 janvier, les professeurs sont informés de la décision de l'Académie qui transforme l'exclusion définitive en sanction avec sursis. « Nous avons très mal accueilli ce jugement. C'est la première fois que la commission d'appel va à l'encontre d'une décision du conseil de discipline. Nous n'avons aucune explication », explique Pierre Derrien, professeur au lycée et membre du conseil de discipline.

Il perçoit cette décision comme un « désaveu. C'est quelque chose que nous vivons très mal ». Face a cette décision, la majorité des enseignants présents dans l'établissement ce lundi 28 janvier ont débrayé.

Car l'histoire ne s'arrête pas là. Après le conseil de discipline, l'élève mis en cause porte plainte pour harcèlement contre la professeur de Français. Cette dernière a été interrogée pendant plusieurs heures au commissariat. Une expérience qui a engendré pour la professeur un arrêt de travail d'une semaine.

« Total soutien à l'enseignante victime »

L'Académie de Nantes motive en partie sa décision à la vue du parcours scolaire de l'élève. « Il doit poursuivre sa formation qui se termine dans cinq mois », explique l'institution qui apporte « le total soutien à l'enseignante victime. Nous ne voulons pas dédouaner l'élève fautif qui a commis une faute reconnue et indiscutable. L'Académie est derrière l'enseignante ».

L'élève peut théoriquement revenir au sein de l'établissement mais son avenir reste flou. « Nous essayons de trouver une solution pour cet élève », explique l'Académie. La possibilité qu'il termine sa formation dans un autre établissement n'est donc pas exclue.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
2 commentaires
  1. Anonyme

    Je trouve que la sanction était mérité le lycée n'aurait jamais dû le réintégrer si il devait réintégré un lycée ce serait l'épide pour lui montrer la discipline

    Signaler le commentaire
  2. Anonyme

    Cette élève a menacé le lycée à fait son travail, il n'avait pas à menacer la professeur, l'établissement ne devrait même pas le réintégrer c'est inadmissible.

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire