Découvrez Le Courrier de la Mayenne en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Football. Arnaud Balijon, 40 ans et gardien de Dunkerque : "Je me suis toujours dit qu'un jour, je reviendrai à Laval"

Actualités. Gardien du Stade lavallois pendant sept ans, Arnaud Balijon évolue désormais à Dunkerque et va recroiser le chemin des Mayennais ce samedi 25 novembre. À 40 ans, le Franco-italien évolue toujours au plus haut niveau professionnel.

Football. Arnaud Balijon, 40 ans et gardien de Dunkerque : "Je me suis toujours dit qu'un jour, je reviendrai à Laval"
Arnaud Balijon est monté en Ligue 2 avec Dunkerque la saison dernière - DR

Gardez-vous des attaches avec le Stade lavallois ?

Malgré les années, j'ai toujours des connexions hors et à l'intérieur du club. Ça sera forcément particulier d'affronter le Stade lavallois. Ils font un superbe début de saison. Ça me fait toujours plaisir de voir briller Laval, même si ce sera l'adversaire de samedi. Pour moi, jouer Laval en tant que leader, ça a une double saveur particulière.

Vous avez quitté le club en 2013, étiez-vous déçu que votre contrat ne soit pas renouvelé ?

J'ai passé de superbes années à Laval. Je voulais rester et vraiment faire toute ma carrière là-bas. Sur le moment, j'étais un peu déçu. Il y a eu un choix de Philippe Jean à l'époque. J'ai un petit regret parce qu'après, j'ai galéré. C'était le pire moment pour être sur le marché. Il y avait eu que deux mouvements de gardiens sur 40. Je me suis toujours dit qu'un jour, je reviendrai à Laval. Je ne sais pas pourquoi ça traîne dans ma tête comme ça.

À 40 ans, vous voilà de retour en Ligue 2 après la montée de Dunkerque cette saison.

J'ai un parcours particulier en deuxième partie de carrière. J'ai eu une très grave blessure (N.D.L.R. : absent 16 mois après une rupture du tendon d'Achille en 2016), je suis revenu puis malheureusement, après être passé au Havre, avec l'âge peu de clubs m'ont appelé en Ligue 2. J'étais à deux doigts d'entamer une reconversion après la Corse et au final, j'ai re prolongé plusieurs fois. J'étais arrivé à Dunkerque pour encadrer. Les scénarios des saisons sont ce qu'ils sont et la saison dernière, on a vécu un grand moment (N.D.L.R. : montée en L2). Je suis là à 40 ans, on me fait confiance, j'essaie de répondre présent au mieux. C'est étonnant, perturbant... Dans tous les cas, c'est plaisant, ça relève parfois de l'extraordinaire.

"J'ai un immense respect par rapport à Dunkerque"

Dunkerque vous a d'ailleurs fait à nouveau confiance cet été.

Pour un contrat d'un an naturellement (sourire). J'ai un immense respect par rapport à Dunkerque. Je sais très bien qu'aujourd'hui, c'est toujours particulier pour un club de faire jouer des joueurs dans un âge avancé. Ce qui est bien à ces âges-là, c'est qu'on relativise beaucoup plus. Je donne le meilleur de moi-même au quotidien et on verra bien à la fin de l'année pour la suite.

Vous vous êtes notamment distingué cette saison en réalisant un match XXL face à Auxerre (0-0), le plaisir doit être intense d'apporter encore autant à son équipe à votre âge ?

Il y a cette fameuse phrase de Mbappé : Moi tu ne me parles pas d'âge quand on est bon. Lui, c'était l'inverse, par rapport à la jeunesse mais c'est un peu la même chose. Chaque joueur s'essouffle physiquement à un âge différent. J'ai cette chance d'être encore bien physiquement, avec beaucoup d'envie, de plaisir à m'entraîner chaque jour même si ce n'est pas simple. On se doit d'être bon parce qu'on sait qu'à ces âges-là, on sera jugé plus sévèrement. On pardonnera moins. Dès la moindre petite brèche, on mettra l'âge en avant. C'est le jeu, il faut l'accepter.

"On est sur un football qui est un football de trading"

L'âge semble vous peser par rapport aux regards des observateurs ?

Forcément. Je ne cible vraiment personne mais il faut ouvrir les yeux. On est sur un football qui est un football de trading où on veut mettre en avant de jeunes joueurs parce que le nerf de la guerre c'est l'argent. Il y a des pays très proches qui ont d'énormes moyens et qui se permettent même d'acheter des joueurs moyens à des sommes énormes. Ce qui fait que les clubs arrivent à survivre. Il faut savoir analyser les choses car des clubs font de bons bilans financiers pensant avoir bien travaillé mais je trouve trompeurs certains transferts. Je ne parle vraiment pas en étant aigri de tout ça, c'est plus une analyse. Le football d'aujourd'hui fait qu'il faut mettre les jeunes en avant et de plus en plus tôt. Je trouve ça très bien s'ils sont prêts mais un très jeune a pour moi besoin d'un temps d'apprentissage, mis à part certains phénomènes. Quelque part le fait d'être encore là à 40 ans, d'exister dans une période où les vieux n'ont plus trop d'intérêt pour les clubs, c'est encore plus valorisant.

Y a-t-il un secret à cette longévité ? Êtes-vous par exemple pointilleux sur votre hygiène de vie ?

Je ne me suis jamais privé de boire un verre le week-end, je suis un bon vivant. À côté, j'ai un mode de vie assez sain. J'ai toujours eu cette discipline sans me prendre la tête avec ça. Mon principe a toujours été de déconnecter le week-end pour repartir la semaine avec une envie de travail en étant à 200 %. C'est personnel, est-ce calquable sur d'autres personnes ? Je ne sais pas. J'ai toujours eu besoin de cette déconnexion mentale pour rebasculer la semaine. Je pense que ce fonctionnement m'a beaucoup aidé. J'ai la chance d'avoir un corps très souple à la base. J'ai une explosivité qui n'a pas trop décliné avec l'âge. Il y a pas mal d'éléments.

Vous voyez-vous rester dans le milieu du foot après votre carrière ?

Sincèrement, oui. Je suis passionné, j'ai fait que ça de ma vie et j'aimerais transmettre. J'ai monté des projets assez modernes dans l'organisation et la direction de clubs. Le développement et la gestion d'un club avec une vision assez moderne m'intéressent depuis beaucoup d'années. J'ai aussi passé des diplômes donc je pense rester dans le football. C'est un souhait, on verra.

Arnaud Balijon en bref : Reims (2002-2006), Stade lavallois (2006-2013), Istres (2013-2014), Orléans (2014-2015), Red Star (2015-2018), Le Havre (2018-2019), GFC Ajaccio (2019-2021), Bastia-Borgo (2021-2022), Dunkerque (depuis 2022)

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
Maison en prêt vendeur
Maison en prêt vendeur Bessé-sur-Braye (72310) 350€ Découvrir
A louer charmante maison centre-ville bonchamp-les-laval
A louer charmante maison centre-ville bonchamp-les-laval Bonchamp-lès-Laval (53960) 950€ Découvrir
5 mn MAYENNE - Maison récente Spécial INVESTISSEURS
5 mn MAYENNE - Maison récente Spécial INVESTISSEURS Mayenne (53100) 115 000€ Découvrir
Appt T2
Appt T2 Laval (53000) 85 700€ Découvrir
Automobile
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL Saint-Pierre-sur-Erve (53270) 17 000€ Découvrir
206 2.0 hdi
206 2.0 hdi Bonchamp-lès-Laval (53960) 4 450€ Découvrir
Voiturette
Voiturette Laval (53000) 12 000€ Découvrir
Renault Megane 3 GT 165 cv
Renault Megane 3 GT 165 cv Laval (53000) 9 900€ Découvrir
Bonnes affaires
Chambre à coucher
Chambre à coucher Le Genest-Saint-Isle (53940) 400€ Découvrir
Table ronde +chaises
Table ronde +chaises Château-Gontier-sur-Mayenne (53200) 200€ Découvrir
Argile
Argile Lassay-les-Châteaux (53110) 0€ Découvrir
Canapé et fauteuils
Canapé et fauteuils Laval (53000) 50€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Football. Arnaud Balijon, 40 ans et gardien de Dunkerque : "Je me suis toujours dit qu'un jour, je reviendrai à Laval"