Découvrez Le Courrier de la Mayenne en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Laval. A Laval, la polyclinique du Maine aurait aimé aider plus

Actualités. Face à la pandémie, la polyclinique du Maine a activé son plan blanc, mis à disposition du matériel et des médecins. Mais elle aurait souhaité aussi assurer l’activité chirurgicale

Laval. A Laval, la polyclinique du Maine aurait aimé aider plus
22 lits sont actuellement dédiés à la polyclinique du Maine aux patients atteints par le coronavirus.

La coopération public-privé n’est décidément pas aisée. En témoignent les tests biologiques réalisés à l’hôpital de Laval envoyés au CHU d’Angers plutôt qu’au laboratoire Biolaris à Laval. De son côté, la polyclinique du Maine affirme qu’elle aurait pu apporter une plus grande aide pendant cette période d'épidémie de coronavirus.

La polyclinique proposait de récupérer la chirurgie

Dès le vendredi 13 mars, l’établissement privé a activé son plan blanc. Et pour renforcer le centre hospitalier de Laval dans sa prise en charge des patients Covid, elle a initié une collaboration, fournissant deux respirateurs, deux anesthésistes réanimateurs et deux pneumologues.

La polyclinique proposait d’aller plus loin en faisant en sorte que le service des urgences de l’hôpital se consacre aux patients Covid. Pour cela, le principe de la polyclinique était de centraliser la chirurgie sur son plateau technique. Si cela avait abouti, les urgences médico-chirurgicales auraient été orientées vers le service de soins non programmés dont les horaires avaient été élargis. La polyclinique prévoyait même un tableau d’astreinte commun pour les praticiens.

Objectif : concentrer l'hôpital sur le coronavirus

« Le transfert de cette activité, en réduisant l’activité du bloc au strict nécessaire, permettait de consolider les effectifs paramédicaux de la réanimation, justifie la polyclinique. Les modalités de coopération territoriale en s’appuyant sur la clinique permettaient d’éviter l’embolisation des urgences de l’hôpital en phase épidémique. L’anticipation de ce projet sécurisait la mise en place de l’accueil des patients du centre hospitalier de Laval au sein de la polyclinique du Maine pour les patients non Covid. Malgré de nombreuses réunions téléphoniques, nous ne sommes pas parvenus à boucler cette organisation », regrette l’établissement privé.

Actuellement, 22 lits sont dédiés à la polyclinique aux patients atteints du coronavirus ne nécessitant pas de réanimation.

À lire aussi

L’hôpital a continué toutes ses spécialités

« La faisabilité d’un partenariat entre la polyclinique du Maine et le centre hospitalier pour l’accueil de certaines urgences médico-chirurgicales a été étudiée afin d’anticiper une éventuelle forte tension de l’activité des urgences. A ce jour, cette tension n’est pas avérée et de ce fait, le flux des urgences, en forte baisse, continue à être pris en charge comme habituellement par nos opérateurs. Ce partenariat sera réétudié en cas d’évolution de la situation. Le CH se félicite par ailleurs de l’implication de la polyclinique dans cette situation exceptionnelle et la remercie de l’aide apportée dans la gestion de la crise », répond l’hôpital.

Depuis le début de l’épidémie, chaque spécialité de l’hôpital de Laval continue en effet de prendre en charge les patients qui le nécessitent. L’hôpital a notamment continué à prendre en charge les urgences adultes et pédiatriques médico-chirurgicales, régulées par le centre 15 : AVC, infarctus, accidents traumatologiques, etc.

À lire aussi

En téléconsultation ou en consultation physique

Les patients chroniques sont aussi suivis afin de repérer tout signe d’aggravation avec : consultations médicales en téléconsultation (téléphone ou visio) ; consultations ou soins en présentiel lorsque c’est indispensable ; examens biologiques ou indispensables au suivi ; délivrance des ordonnances nécessaires au traitement de la maladie ; poursuite des traitements indispensables (chimiothérapies, séances de dialyse, etc).

Le suivi des femmes enceintes est maintenu. Enfin, afin d’éviter les ruptures de prise en charge et de prévenir les rechutes de pathologies chroniques, le pôle santé mentale a maintenu certaines prises en charges individuelles à la fois en psychiatrie adulte et en pédopsychiatrie.

Galerie photos

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
T1 accès direct plage St-Marc sur mer (44)
T1 accès direct plage St-Marc sur mer (44) Saint-Nazaire (44600) 360€ Découvrir
Maison centre ville Evron avec un beau terrain
Maison centre ville Evron avec un beau terrain Evron (53600) 210 000€ Découvrir
Maison Pays Basque
Maison Pays Basque Bassussarry (64200) 800€ Découvrir
Location studio
Location studio La Baule-Escoublac (44500) 450€ Découvrir
Automobile
Camping-car Bavaria
Camping-car Bavaria Grazay (53440) 31 000€ Découvrir
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL Saint-Pierre-sur-Erve (53270) 17 000€ Découvrir
206 2.0 hdi
206 2.0 hdi Bonchamp-lès-Laval (53960) 4 450€ Découvrir
Voiturette
Voiturette Laval (53000) 12 000€ Découvrir
Bonnes affaires
vide maison
vide maison Houssay (53360) 0€ Découvrir
Vide maison à Izé
Vide maison à Izé Izé (53160) 0€ Découvrir
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé Laval (53000) 300€ Découvrir
Chambre à coucher
Chambre à coucher Le Genest-Saint-Isle (53940) 350€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Laval. A Laval, la polyclinique du Maine aurait aimé aider plus