Découvrez Le Courrier de la Mayenne en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Laval. "Ils vont mettre les moyens pour les retrouver. Mais ça ne ramènera pas nos collègues"

Actualités. Après le décès de deux de leurs collègues pris en embuscade au péage d'Incarville mardi 14 mai, les surveillants pénitentiaires à Laval organisent une journée prison morte.

Laval. "Ils vont mettre les moyens pour les retrouver. Mais ça ne ramènera pas nos collègues"
Devant la maison d'arrêt de Laval, les surveillants pénitentiaires manifestent leur colère mercredi 15 mai face aux conditions de travail, et leur tristesse après la perte de deux de leurs collègues.

"En deuil !" Les mots sont tagués en noir sur la porte de la maison d'arrêt de Laval, mercredi 15 mai. Les surveillants pénitentiaires ont dressé une tonnelle pour se protéger de la pluie et ont pris un thermos de café pour passer le temps. Dans la prison, les surveillants dont c'est le tour travaillent. Pas de parloirs, pas d'avocats, pas de visites... Rien, la prison est fermée, morte. Les discussions tournent autour de l'attaque de leurs collègues, qui a eu lieu mardi 14 mai dans l'Eure, et a fait deux morts. "Nous sommes tous choqués. Nous avons tous entre 20 et 25 ans d'ancienneté : ce sont des gens que nous connaissions, que nous avons côtoyé, soit dans des établissements parisiens, soit à Caen. Nous sommes abasourdis", commente tristement Fabrice, secrétaire adjoint de l'UFAP, syndicat pénitentiaire autonome.

Les surveillants ont peur. Ils ne se sentent pas en sécurité, eux qui sont pourtant en première ligne. À Laval, ils côtoient des violeurs et des meurtriers en attente de jugement dans la maison d'arrêt. "Nous aussi, comme nos collègues morts, nous réalisons des extractions : nous ne sommes pas du tout à l'abri. C'était un guet-apens, ils n'avaient aucune chance."

"Nous faisons avec les moyens du bord"

Devant la maison d'arrêt de Laval, c'est la colère qui gronde. Le travail est difficile. "Les prisons françaises sont de vrais gruyères : tout le monde y entre. Des drones, des parachutages... Nous retrouvons des portables tous les jours, de la drogue aussi." A Laval, il y a deux fois plus de prisonniers que de places prévues : 56 places pour 105 détenus. "Ça devient très compliqué, nous faisons avec les moyens du bord. Quand nous devons rajouter une personne dans une cellule, il dort sur un matelas au sol."

Croient-ils aux paroles du ministre de la justice Éric Dupond-Moretti ? "Ils vont mettre les moyens pour les retrouver. Mais ça ne ramènera pas nos collègues."

Newsletter

Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
T1 accès direct plage St-Marc sur mer (44)
T1 accès direct plage St-Marc sur mer (44) Saint-Nazaire (44600) 360€ Découvrir
Maison centre ville Evron avec un beau terrain
Maison centre ville Evron avec un beau terrain Evron (53600) 210 000€ Découvrir
Maison Pays Basque
Maison Pays Basque Bassussarry (64200) 800€ Découvrir
Location studio
Location studio La Baule-Escoublac (44500) 450€ Découvrir
Automobile
Camping-car Bavaria
Camping-car Bavaria Grazay (53440) 31 000€ Découvrir
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL
Golf 7 Carat BVA 150 cv ETHANOL Saint-Pierre-sur-Erve (53270) 17 000€ Découvrir
206 2.0 hdi
206 2.0 hdi Bonchamp-lès-Laval (53960) 4 450€ Découvrir
Voiturette
Voiturette Laval (53000) 12 000€ Découvrir
Bonnes affaires
Vide maison à Izé
Vide maison à Izé Izé (53160) 0€ Découvrir
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé
Salle à manger 9 pièces, couleur beige rosé Laval (53000) 300€ Découvrir
Chambre à coucher
Chambre à coucher Le Genest-Saint-Isle (53940) 350€ Découvrir
Table ronde +chaises
Table ronde +chaises Château-Gontier-sur-Mayenne (53200) 200€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Laval. "Ils vont mettre les moyens pour les retrouver. Mais ça ne ramènera pas nos collègues"