Découvrez Le Courrier de la Mayenne en illimité pour 1€ seulement Découvrir les offres

Assises de la Mayenne. Militaire français de 19 ans tué par arme blanche en 2021 : le meurtrier condamné

Actualités. Un militaire français de 19 ans est mort sous les coups de couteau d'un homme en colère et alcoolisé à Laval en janvier .

Assises de la Mayenne. Militaire français de 19 ans tué par arme blanche en 2021 : le meurtrier condamné
En janvier 2021, un homme tue gratuitement un militaire français de 19 ans à coups de couteau, sans raison. - Emmanuel Blois

Le 30 janvier 2021, un jeune homme est mort au bas de l'ascenseur du 32 de la rue Mortier à Laval. Il est mort car il a croisé quelques secondes le couteau d'un violent personnage, alcoolisé et colérique. Il est mort le ventre ouvert et l'aorte tranchée à l'âge de 19 ans quand une vie l'attendait : il avait choisi de servir son pays au sein de l'armée française et allait se fiancer. Il était originaire de Mayotte, tout comme son meurtrier. "Les deux hommes n'ont pas pris le même chemin", a souligné le président de la cour d'assises de Mayenne le vendredi 19 janvier.

La mère de la victime a pardonné

Lors de la première journée, la mère de la victime a traversé la Terre pour connaître celui qui avait ôté la vie de son fils : elle l'a regardé fixement et lui a pardonné. Elle n'aura pourtant pas d'autres explications sur les faits. Pendant l'interrogatoire de l'accusé, il n'a cessé de répéter les mêmes mots : "Je n'ai pas le souvenir de ce qui s'est passé… je ne sais pas… je n'étais pas moi-même… je n'ai pas d'explication." Pour une histoire de clés oubliées et parce que l'alcool avait coulé à flots ce soir-là dans l'appartement de l'accusé, son fils arrivé sur les lieux par hasard a été tué. À l'origine, il passait une soirée dans une maison de location à quelques kilomètres de Laval en compagnie d'un ami. Ils ont été rejoints par le colocataire de l'accusé qui leur a demandé de le raccompagner chez lui pour rapporter les clefs à l'homme qui attendait devant la porte.

Le président est revenu sur ses différentes déclarations recueillies lors des interrogatoires précédents, qualifiant l'auteur du coup de "quelqu'un qui veut faire du mal avec une lame enfoncée jusqu'à la colonne vertébrale".

Un caractère renfermé, en colère

L'enquêteur de personnalité intervient ensuite et évoque le parcours de vie de l'accusé. Tout d'abord sa vie à Mayotte, où le contexte est dangereux et où il est issu d'une famille polygame. L'expert évoque son caractère très renfermé, plein de colère et sa solitude. Il a eu un enfant avec une première compagne et, après un passage par la Réunion ponctué de premiers contacts avec la justice, il rejoint la métropole et sa sœur aînée : il a eu aussi deux autres enfants avec une seconde compagne. Son jeune frère arrivé un peu plus tard se donne la mort. Il réussit à trouver un emploi à temps partiel de maçon et obtient un appartement quand le meurtre du 30 janvier a lieu.

Au contraire, maître Proust plaide pour la partie civile en revenant sur la personnalité exemplaire de la victime pendant que la famille derrière lui éclate en sanglots. L'avocat termine par une citation de Jean Cocteau : "Le vrai tombeau des morts, c'est le cœur des vivants." L'avocate générale va revenir pendant près d'une heure sur la terrible mécanique qui va conduire les acteurs jusqu'au drame final. Après avoir retenu l'intention de donner la mort, énuméré les éléments constitutifs et évoqué le parcours de vie de l'accusé, la magistrate requiert 18 années de réclusion.

La défense est assurée par Maître Gauthier, du barreau d'Alençon. Si l'avocate ne peut contester que son client était le seul à avoir un couteau et que la victime est décédée d'un coup de couteau, elle ne reconnaît pas l'élément intentionnel. La plaideuse est persuadée que l'arme était simplement destinée à faire peur et que le drame est la conséquence d'une bousculade.

Après quatre heures de délibéré, la cour a reconnu la culpabilité de l'homme de 28 ans et suivi les réquisitions du parquet en le condamnant à 18 années de réclusion criminelle et à des mesures de soin.

Le président justifie cette condamnation par la volonté qu'a eue l'accusé de poursuivre les personnes, la volonté de faire peur, le fait de ne pas avoir porté secours aux victimes. Le magistrat poursuit en soulignant l'atteinte à la vie d'un jeune homme de 19 ans, l'absence de motif, la dangerosité moyenne du meurtrier, le contexte toxique de l'alcool et surtout son absence d'évocation des faits.

Newsletter
Restez informé ! Recevez des alertes pour être au courant de toutes les dernières actualités.
Réagir à cet article

L'espace des commentaires est ouvert aux inscrits.
Connectez-vous ou créez un compte pour pouvoir commenter cet article.

En direct
Petites Annonces
Immobilier
Maison en prêt vendeur
Maison en prêt vendeur Bessé-sur-Braye (72310) 350€ Découvrir
A louer charmante maison centre-ville bonchamp-les-laval
A louer charmante maison centre-ville bonchamp-les-laval Bonchamp-lès-Laval (53960) 950€ Découvrir
5 mn MAYENNE - Maison récente Spécial INVESTISSEURS
5 mn MAYENNE - Maison récente Spécial INVESTISSEURS Mayenne (53100) 115 000€ Découvrir
Appt T2
Appt T2 Laval (53000) 85 700€ Découvrir
Automobile
206 2.0 hdi
206 2.0 hdi Bonchamp-lès-Laval (53960) 4 450€ Découvrir
Voiturette
Voiturette Laval (53000) 12 000€ Découvrir
Renault Megane 3 GT 165 cv
Renault Megane 3 GT 165 cv Laval (53000) 9 900€ Découvrir
voiturette
voiturette Mayenne (53100) 12 000€ Découvrir
Bonnes affaires
Table ronde +chaises
Table ronde +chaises Château-Gontier-sur-Mayenne (53200) 200€ Découvrir
Argile
Argile Lassay-les-Châteaux (53110) 0€ Découvrir
Canapé et fauteuils
Canapé et fauteuils Laval (53000) 50€ Découvrir
Vends canapé fixe 3 places
Vends canapé fixe 3 places Changé (53810) 100€ Découvrir
Abonnez vous au journal
Inscrivez vous à la newsletter
La météo locale
Annonces Légales
Assises de la Mayenne. Militaire français de 19 ans tué par arme blanche en 2021 : le meurtrier condamné