Laval : condamné pour avoir frotté son slip sur un surveillant

16h37 - 11 janvier 2019 - par V.P
Laval : condamné pour avoir frotté son slip sur un surveillant
Le détenu a refusé d'aller en quartier disciplinaire malgré sa demande.

Ce vendredi 11 janvier, le détenu a été condamné à six mois de prison ferme. Le 27 et le 28 décembre, il s'était rebellé contre les surveillants pénitentiaires.

« En maison d'arrêt, il a un comportement immature. Il se comporte comme un enfant roi », explique la procureure. Le jeune détenu, d'une vingtaine d'années, a été reconnu coupable d'outrage et de rébellion envers six surveillants pénitentiaires de la maison d'arrêt de Laval. Les faits qui lui sont reprochés contrastent avec son attitude « charmante » lors de l'audience.

« Je préfère aller au mitard »

Le 27 décembre dernier, le détenu est alors seul dans sa cellule. Une situation qui ne dure pas longtemps puisque l'administration pénitentiaire décide de lui affecter un co-détenu. Mais ce dernier n'a pas le profil souhaité par le jeune homme qui refuse de partager sa cellule. Il réagit vivement et proteste contre la décision auprès des surveillants. « Je préfère aller au mitard que de partager ma cellule avec ce monsieur », proteste le détenu. Les surveillants le prennent aux mots et décident de l'emmener au quartier disciplinaire. Le détenu se rebelle, refuse, s'agrippe à une rambarde et se débat de tout son corps. ll faudra cinq surveillants pour le menotter et l'emmener au quartier disciplinaire.

Il frotte son slip sur le visage d'un surveillant

Le lendemain, le 28 décembre, dans sa nouvelle cellule, il tente de se suicider avec une écharpe. « Les surveillants parlent d'une simulation », affirme la présidente. Après un bref passage à l'hôpital, il est transféré dans une cellule spéciale. Mais lorsqu'on lui demande de se déshabiller, il enlève son slip et le frotte sur le visage d'un surveillant. Le tout en rigolant.

Un acte qui « porte atteinte à la dignité du surveillant », estime la procureure qui requiert pour l'ensemble des faits huit mois de prison ferme avec une demande de transfert à la maison d'arrêt d'Angers. Le tribunal condamnera finalement le détenu à six mois de prison ferme avec mandat de dépôt et 1 200 € de dommages et intérêts. Il a été transféré à la maison d'arrêt d'Angers à l'issue de l'audience.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire