Cinéma Laval : Rémi sans famille

10h12 - 12 décembre 2018 - par C.C
Cinéma Laval : Rémi sans famille

Comédie dramatique française (2017) de Antoine Blossier, d’après Hector Malot, avec Daniel Auteuil (Vitalis), Maleaume Paquin (Rémi), Virginie Ledoyen (Mme Harper), Jonathan Zaccaï (Jérôme Barberin), Jacques Perrin (Rémi âgé), Ludivine Sagnier (Mme Barberin) (1h49). (Adolescents) Sortie le 12 décembre 2018.

Dans un orphelinat, un homme d’un certain âge raconte son histoire à des enfants. Le jeune Rémi, 10 ans, vit heureux à la campagne avec sa mère, Madame Barberin, ignorant qu’il est, en réalité, un enfant adopté. Quand son père revient de Paris, où il travaillait, il décide de se débarrasser de l’enfant, et le vend à un saltimbanque de passage. Mais celui-ci, Vitalis, va s’occuper avec beaucoup d’attention de ce jeune garçon, avec l’aide de son chien Capi et de son petit singe Joli-Cœur.

Des générations d’enfants ont été bouleversées par le roman d’Hector Malot ou ses multiples adaptations, au cinéma comme à la télévision, en particulier avec le dessin animé japonais d’Osamu Dezaki. En s’attaquant à ce monument, Antoine Blossier a choisi d’éviter le pathos, avec la belle figure du héros à l’âge adulte, magistralement interprété par Jacques Perrin. Surtout, cette poignante histoire se déroule devant des paysages magnifiques, en particulier ceux du beau village du héros, qui font revivre, avec authenticité, la vie au XIXe siècle.

L’interprétation de Daniel Auteuil, sensationnel comme toujours, et, surtout, du jeune Maleaume Paquin, très émouvant et d’une grande justesse, confère beaucoup de charme à ce film. Mais il est dommage que la musique soit si envahissante, même si la voix du jeune héros est superbe, et qu’il y ait quelques lourdeurs.

Elle est magnifique cette figure du maître qui va accompagner, jour après jour, le jeune Rémi et lui apprendre la vie. D’autant plus, que, comme lui, il est marqué par une tragédie. Mais le début, qui voit le jeune héros arraché à sa mère adoptive, est terrible, et certaines scènes peuvent être angoissantes pour les petits. 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire