Publireportage
Mazda MX-5 RF : la tête dure

12h00 - 27 octobre 2017 - par L.K
Mazda MX-5 RF : la tête dure

Insatiable, le Mazda MX-5, coupé-cabriolet culte par excellence, s’adresse aujourd’hui à ceux qui hésitent encore à rouler toute l’année en capote toilée, et se présente avec un toit rigide repliable

Alors que les beaux jours s’installent, on l’espère, durablement, la tentation du cabriolet se fait de plus en plus pressante. Les cigales n’hésiteront pas une seconde et se jetteront, à coup sûr, sur le Mazda MX-5, dont la quatrième génération poursuit la riche histoire d’une lignée mythique. Mais les fourmis seront plus prudentes : l’idée de passer l’été cheveux aux quatre vents a quelque chose de séduisant, mais que faire quand la bise reviendra ?

Le constructeur japonais, toujours en quête de nouveaux territoires à conquérir, répond avec brio à cette objection. Voici venu le MX-5 RF. L’enchantement résonne comme une évidence. Le coupé se dote d’un toit aux allures de Targa, dont les deux éléments (le central et l’antérieur) disparaissent avec la lunette arrière dans un rangement dédié entre les sièges arrière et le coffre, laissant simplement place aux montants façon fastback. L’opération, enfantine, ne prend que 13 s et ne demande absolument aucune intervention : oublié, le verrouillage manuel du toit. Il est même possible d’ouvrir l’ensemble jusqu’à une vitesse de 10 km/h.

Un look de roadster

Cette fonctionnalité ajoute 2 500 € à la facture du MX-5. Une surfacturation non négligeable, mais qui trouve sa justification non seulement dans la mise en place du système, mais aussi dans tout un lot d’améliorations intégrées pour optimiser le confort en position fermé. La MX-5 de base est en effet un cabriolet, le RF se rapproche plus du roadster, façon Mercedes SLK. Et c’est une fois en route que l’on saisit mieux l’ampleur de la nuance.

L’insonorisation a été parfaitement retravaillée à travers un tapis plus épais et un garnissage tricouche des éléments de toit ainsi qu’une meilleure isolation des passages de roues arrière, des portes, des éléments de carrosserie, du tunnel central et du compartiment moteur. Un coloris inédit, “Machine Grey”, fait aussi son apparition et le toit peut être peint soit dans la couleur de la carrosserie soit en “piano black” (+ 500 €). Le MX-5 RF en profite pour monter en gamme et marque sa différence en ne se présentant plus en finition de base SkyMove.

ADN de star

En revanche, l’offre de motorisations reste la même avec deux blocs essence : le 1,5 l SkyActiv-G de 131 ch et le 2 l SkyActiv-G de 160 ch. Ce dernier reçoit toutefois une boîte automatique à 6 rapports. Le comportement routier reste tout aussi joueur, même si Mazda a dû revoir la suspension et la direction. Le plaisir est toujours au rendez-vous. On regrettera seulement la perte de visibilité intervenue dans l’opération.

Mais le MX-5 est toujours aussi agréable à mener sur les petites routes, avec une précision et une agilité diaboliques, quel que soit le bloc retenu. En outre, le léger surpoids occasionné ne nuit en rien à la sûreté du comportement, mais peut pousser à opter pour le 2 l et ses 50 Nm de couple supplémentaires. Les prix de la Mazda MX-5 RF s’échelonnent de 27 800 € à 33 250 €. Par rapport à la version à toit souple, l’écart de prix atteint, comme on l’a vu, 2 500 € sur les finitions Élégance et Dynamique, 950 € sur la version 1.5 Skyactiv-G Sélection et 700 € sur la version 2.0 Skyactiv-G Sélection.

Mazda estime que 65 % des acheteurs de la précédente génération optaient déjà pour la version roadster.
Il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas toujours le cas.

AUTOS SELECTION
11, rue de Bruxelles - Zone des Bozées (à côté de E.Leclerc) - LAVAL - Tél. 02.43.53.07.02

Journées d’essai

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire