Saint-Berthevin : la directrice de banque détournait l'argent des personnes âgées

15h43 - 12 octobre 2017 - par L.K
Saint-Berthevin : la directrice de banque détournait l'argent des personnes âgées

Jeudi 12 octobre, une ancienne directrice d'agence bancaire a été condamnée pour la deuxième fois pour avoir détourné de l'argent à des personnes âgées.

Bis repetita. En septembre 2016, l'ancienne directrice de l'agence Crédit agricole de Saint-Berthevin était condamnée par le tribunal correctionnel de Laval à trois ans d'emprisonnement dont deux avec sursis. Elle avait profité de sa position professionnelle pour détourner 376 000 euros à des personnes âgées, titulaires d'un compte dans son agence.

C'est cette première affaire qui a mis la puce à l'oreille à une fratrie changéenne. Les parents étaient clients de la prévenue. Elle se rendait régulièrement à leur domicile, à Changé, pour s'occuper des démarches de leurs comptes. Y compris les retraits, sur lesquels elle se gardait, semble-t-il, une commission. « Je n'ai jamais gardé plus de 3 000 euros pour moi », tente-t-elle de se défendre alors qu'elle est de nouveau à la barre du tribunal correctionnel de Laval ce jeudi 12 octobre.

Un train de vie très confortable

Dans ce cas, la somme détournée s'élèverait à 52 940 euros. L'ex-banquière, âgée de 62 ans, qui n'avait pas mentionné ces victimes lors de la première enquête, explique que la mère, aujourd'hui décédée, gardait une partie de cet argent. Mais elle reconnaît en avoir détourné une autre part. « Je regrette les faits, je reconnais ma faute », affirme-t-elle à la barre.

Pendant vingt ans, grâce à ses escroqueries, la prévenue a mené un train de vie très confortable. Depuis sa première condamnation, elle a vendu ses deux maisons, à Laval et au Pouliguen (Loire-Atlantique) pour rembourser ses parties civiles. Ses excuses n'émeuvent pas l'avocat des enfants : « Elle ne prenait que 3 000 euros sur un retrait de 6 000 ou 7 000 euros, elle est gentille », ironise-t-il. Alors que le Parquet réclamait douze mois d'emprisonnement avec sursis, le tribunal sera plus sévère : la sexagénaire est condamnée à 18 mois de prison avec sursis. Elle devra en outre verser 52 940 euros aux parties civiles.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
4 commentaires
  1. janjan

    Encore mieux !..ma sœur travaillant au crédit agricole avait modifié les bénéficiaires des assurances vie de ma mère58 ..Découvert après le décès des parents.

  2. Justice

    Que les peines sont faibles ! Un voleur d'auto radio aurait pris plus de prison ferme ! Que du sursis ? La justice des puissants.....

  3. Chicchic

    Comment pouvoir rester hautaine après de tels agissements.....

  4. ComteZer0

    Encore une bonne publicité pour le secteur bancaire, comme si le Crédit Agricole, au bord de la faillite avait besoin de ça...

Envoyer un commentaire