L'Etat ne veut pas départementaliser la RN 162 entre Laval et Mayenne : les élus mécontents

08h00 - 07 juin 2019 - par L.C
L'Etat ne veut pas départementaliser la RN 162 entre Laval et Mayenne : les élus mécontents
Des portions de quatre voies existent déjà entre Laval et Mayenne.

Passer la RN 162 entre Laval et Mayenne à 2 x 2 voies ne se fera pas de sitôt. L'Etat s'oppose pour l'instant à départementaliser ce tronçon. Les élus mayennais ne comprennent pas.

Le Département a pour projet de passer l'ensemble de la RN 162 à 2 x 2 voies. Mais pour cela, la route ne doit plus être classée comme une Nationale mais comme une route départementale.

Et entre Laval et Mayenne, ça coince. Dans une réponse au député Yannick Favennec, le Premier Ministre oppose plusieurs arguments. « Cette section joue un rôle très important pour l'Etat lors des gestions de crise. C'est en outre, une connexion stratégique et une alternative à l'axe Paris-RN12-A84 en faisant le lien avec l'A81. »

Une trentaine d'emplois de fonctionnaires en jeu

Edouard Philippe souligne aussi que « le transfert de la partie nord de la RN 162 occasionnerait un transfert d'agents et de matériels très important, réduisant significativement le fonctionnement de la Diro, la privant de moyens pour exercer ses missions sur la partie restante du réseau, dont la RN 12, et notamment la viabilité hivernale. »

Ce dernier argument fait bondir les élus mayennais. « Je ne suis pas satisfait du tout, tempête le député Yannick Favennec. Tout ça pour protéger une trentaine d'emplois de fonctionnaires de la Diro au plan local. Ce n'est pas justifiable. Il est question de développement économique, d'attractivité du territoire. Les routes, c'est un vecteur de développement économique, de mobilité pour les entreprises mais aussi pour tout un chacun. »

Un transfert de personnel est-il envisageable ?

Le président du Département Olivier Richefou et le maire de Mayenne, Michel Angot s'accordent aussi sur la solution : « Pourquoi ne pas transférer le personnel au Département ? », soumet Michel Angot. « On nous dit que le giratoire du zoom est un maillon essentiel. J'assure que les équipes du Département peuvent prendre le relais, poursuit Olivier Richefou. Nous sommes tous mobilisés et le combat n'est pas perdu. »

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire