Laval : le 1er juin, c’est la fin des papillons sur le pare-brise des voitures

08h45 - 22 mai 2019 - par G.P
Laval : le 1er juin, c’est la fin des papillons sur le pare-brise des voitures
A compter du 1er juin, il n’y aura plus de ticket de forfait post-stationnement sur le pare-brise des véhicules.

A Laval, terminé les tickets de forfait post-stationnement sur le pare-brise. La facture arrivera directement chez vous à compter du 1er juin.

Le “papillon” blanc qui ne fait pas plaisir, déposé sur le pare-brise de la voiture, c’est bientôt de l’histoire ancienne. A compter du 1er juin, le forfait post-stationnement (FPS) sera directement adressé au domicile du titulaire de la carte de grise du véhicule fautif. « Certains automobilistes, de bonne ou mauvaise foi, contestaient le paiement, prétextant qu’il n’avaient pas vu le FPS sur leur pare-brise. Ça évitera également que certaines personnes mal intentionnées ne les retirent », explique le premier adjoint au maire de Laval Xavier Dubourg. 

Les deux roues seront désormais sanctionnés

En plus des voitures, les deux roues pourront également être sanctionnés. « Jusqu’à présent, on ne peut pas glisser de FPS sur leur pare-brise », ajoute l’élu. Dans le nouveau mode de fonctionnement, l’usager recevra la facture une semaine après le contrôle effectué par les agents d’Urbis Park, le délégataire de service public en charge du stationnement.

« Une convention a été passée avec l’Antail (Agence nationale de traitement automatisé des infractions) qui recevra d’abord le FPS, avant de le renvoyer au domicile du propriétaire du véhicule. C’est un système plus simple, avec une procédure de recouvrement directe », poursuit Xavier Dubourg.

Il faudra  ensuite s’acquitter du règlement via les différents services de l’Etat. « Si le FPS est constaté avant le 31 mai, il sera possible pendant trois mois de régler le dépassement à la maison du stationnement », complète Benoît Deniard, responsable de l’agence Urbis Park à Laval.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire