Laval : une association offre un casque de réalité virtuelle pour oublier la douleur

08h00 - 16 mai 2019 - par B.E
Laval : une association offre un casque de réalité virtuelle pour oublier la douleur
Les partenaires de cette action échangent dans la salle d’attente et de détente du service de pédiatrie de l'hôpital de LavaL

L'association Acsed vient d'offrir un casque de réalité virtuelle au département pédiatrie de hôpital de Laval. Ce dernier dispose d’un an pour tester les effets anti-douleur du Bliss®.

Depuis mardi 14 mai, grâce à l’association Acsed (Association contre la souffrance des enfants douloureux), le département pédiatrie du centre hospitalier de Laval dispose pour un an d’un nouvel outil pour prévenir la douleur qui peut être provoquée par les soins ou examens.

Il s’agit d’un casque de réalité virtuelle équipé de l’application à visée relaxante Bliss®, développée par l’entreprise mayennaise, l’Effet Papillon. Le casque plonge le jeune patient dans un univers qui l’invite au voyage à travers une forêt, un fond marin, une prairie ou l’espace, dans lesquels il rencontre des animaux légendaires ou autres.

30 hôpitaux en France

Cette alternative non médicamenteuse permet de détourner l’attention des enfants lors de soins douloureux ou désagréables : une prise de sang, la pose d’une perfusion ou d’un pansement… 30 établissements hospitaliers ont déjà adopté le Bliss® dont la Polyclinique du Maine. Il a fallu trois ans pour qu’elle intègre le dispositif de gestion de la douleur du centre hospitalier de Laval, capitale de la réalité virtuelle.

Un an de test

Pour Eric Paris, pédiatre, ce nouvel outil s’inscrit dans une réflexion sur l’ouverture du centre hospitalier aux initiatives privées. « A nous d’apprendre à mieux le prescrire dans certaines indications. » Les praticiens disposent d’un an pour cela, temps de la convention signée avec l’Acsed.

En cas de succès, il rejoindra d’autres outils de gestion de la douleur. Un autre casque sera à la disposition des gens au siège de l’association.

 

 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire