Portrait. Originaire de Mayenne, Dylan a intégré l'école des mousses

06h00 - 14 mai 2019 - par D.M
Portrait. Originaire de Mayenne, Dylan a intégré l'école des mousses
Dylan, 16 ans et originaire de Mayenne, veut devenir commando. Depuis le 29 août, il a intégré l’école des mousses. - © Le Courrier de la Mayenne

Dylan, 16 ans, a décidé de s’engager dans la marine. Le jeune homme, originaire de Mayenne, souhaite devenir commando et entame une formation de fusilier marin.

Le regard posé, le corps droit et la mine réfléchie. Dylan, 16 ans, a intégré en août dernier l’école des mousses, à Cherbourg. Il y a trois semaines, il a fait son entrée à Brest. Il revient sur cette formation.

« À Cherbourg, nous avons eu sept mois pour choisir notre métier. Au menu des cours : formation sécurité, maritime, militaire et académique », relate-t-il.

« Ce qui me plaît : le combat rapproché »

Aujourd’hui, il est entré à Brest, où il entame sa formation de fusilier marin.

Ce qui lui plaît avant tout ? «  Le côté physique de ce métier, le combat rapproché, le maniement des armes régulier. On se surpasse », résume-t-il.

S’il a choisi ce corps de métier, c’est dans un but tout particulier. Celui de devenir commando, « il n’y a que le poste de fusilier marin qui permet d’y accéder », explique-t-il.

Gagner en maturité

En quelques mois, Dylan assure avoir vu sa maturité grandir vite, très vite. Initialement scolarisé au lycée Rochefeuille à Mayenne, le jeune homme ne s’y retrouvait pas, même s’il avait 13-14 de moyenne.

Tous les jeudis soir, de 16h30 à 18h30, Dylan s’est entraîné, « et le résultat est visible, se réjouit-il. Avant, je faisais deux tractions, maintenant, j’en enchaîne douze ! Mais au début, ce n’était pas une partie de plaisir. Le temps de prendre le rythme : de 6h à 22h le soir. » 

En prime, pour être plus efficace, le téléphone est coupé toute la semaine. « On apprend alors à parler, sourit Dylan. Il y a une bonne ambiance entre nous, on s’entraide et c’est important. »

Retrouvez l'intégralité de cet article dans notre édition du 9 mai.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire