A Changé, la déco originale d'Infini Legno a remplacé le vieillot

06h30 - 11 mai 2019 - par L.C
A Changé, la déco originale d'Infini Legno a remplacé le vieillot
Olivier Foulon est entouré de sa fille Julie qui a rejoint l’aventure Infini Legno en 2011 et des deux décoratrices du magasin de Changé.

Depuis quelques semaines, le magasin de décoration Infini Legno a ouvert en bordure de la 4 voies vers Mayenne. La décoration originale est venue remplacer un bâtiment qui se délabrait à Changé.

La lente dégradation de l’ancien bâtiment de Point Mariage, le long de la quatre voies, à côté de Maine Carrelage à Changé, n’est plus qu’un souvenir. Comme les automobilistes, Olivier Foulon est passé devant ces locaux. « C’était une verrue sur la Nationale », reconnaît le grossiste en parquet et lambris. Mais l’emplacement est qualitatif. « Fin 2015, j’ai décidé de racheter ce bâtiment avec dans l’idée un projet qui n’était pas abouti, mais que je voulais dans le domaine de la déco. »

Un troisième magasin après Maison-Alfort et Paris

Après Maison-Alfort en 2011 et Paris 15e en 2015, un troisième magasin Infini Legno a finalement ouvert en mars 2019. Les travaux ont été conséquents pour désosser le bâtiment qui ne pouvait pas être détruit puis reconstruit, en raison de la proximité de la Nationale. Un an de travaux ont été nécessaires. L’étage a même été démonté car il était jugé trop dangereux.

Si les clients n’ont pour l’instant pas encore eu l’opportunité de monter le majestueux escalier, un projet d’œuvres décoratives à l’étage viendra bientôt compléter une proposition plutôt tournée vers le bois et l’originalité. « Legno, cela veut dire bois en italien. C’est vrai que nous proposons beaucoup de produits à base de bois et des produits italiens », sourit Olivier Foulon, lui-même amateur de décoration originale.

Du parquet au revêtement mural

La nouvelle enseigne présente 350 m2 de showroom, allant du parquet au revêtement mural 3D en passant par des meubles de cuisine ou des aménagements sur mesure pour un salon, du plus classique au plus atypique.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire