Elles veulent prôner la différence à travers une expo-photos de porteurs de fentes labiales

07h00 - 14 mai 2019 - par R.A
Elles veulent prôner la différence à travers une expo-photos de porteurs de fentes labiales
Pauline Levêque, photographe professionnelle, s’est associée à Christelle Gouyer, maman de Léane, pour réaliser les shootings photos.

Christelle Gouyer et Pauline Levêque veulent mettre en place une exposition photos autour des fentes labiales, aussi appelées becs de lièvres.

Après l’écriture de son livre, Parents tout simplement, Christelle Gouyer, originaire de Chailland, veut aller plus loin pour faire changer les mentalités et faire accepter la différence. La maman de Léane, 6 ans, atteinte du syndrome Charge (maladie génétique), a trop souffert du regard des gens sur sa fille. Cette dernière est née avec une fente labio-maxillo-palatine, plus connue sous le nom de bec de lièvre.

Le regard des autres

Partie du constat que le regard des autres peut faire terriblement souffrir, « surtout à l’adolescence », Christelle a décidé d’agir et pour cela, elle a fait appel à Pauline Levêque, photographe professionnelle au studio May’photo de Saint-Berthevin. Ensemble, elles veulent réaliser une exposition de photos de personnes porteuses de fentes labiales.

Des modèles recherchés

Les deux jeunes femmes lancent donc un appel aux volontaires pour un shooting photos. Elles recherchent des personnes porteuses de fentes labiales, avant et après opération. « Nous aimerions avoir des bébés de 1 mois et demi à 6 mois, des bébés fraîchement opérés, des enfants grandissants dont ma fille Léane fera partie, des ados, et des adultes. Nous manquons d’hommes pour le moment. Nous souhaiterions aussi des personnes de plus de 60 ans pour montrer l’évolution des techniques de chirurgie », explique Christelle.

Elles ont mis en ligne une cagnotte pour financer l’impression des clichés et l’encadrement.

Plus d'informations sur la page facebook du projet ou par mail à projetsantepublique.fentelabiale@laposte.net.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire