Au Bignon-du-Maine, la Fontaine au bac est vendue à des Espagnols

08h00 - 06 mai 2019 - par L.Q
Au Bignon-du-Maine, la Fontaine au bac est vendue à des Espagnols
La Fontaine au bac est vendue depuis le jeudi 25 avril.

Au Bignon-du-Maine, la Fontaine au bac est fermée depuis 2009. L'ancien centre de rééducation vient d’être racheté par une société espagnole. Plusieurs projets sont annoncés, des emplois créés.

L’épilogue d’une longue histoire. Au Bignon-du-Maine, la Fontaine au bac va reprendre vie. L’ancien sanatorium, surtout ancien centre de rééducation, est vendu. « Un groupe espagnol, installé dans l’Allier, vient de l’acheter. La signature date du 25 avril », indique André-Gwénaël Pors, directeur de l’hôpital de Laval.

Cet ensemble immobilier appartient au centre hospitalier de Laval depuis janvier 2000. Plus adaptée, la Fontaine au bac a définitivement fermé ses portes le 29 juin 2009. Depuis, l’hôpital de Laval tentait tant bien que mal de s’occuper du lieu. « La Fontaine au bac nous coûtait entre 30 000 et 40 000 euros à l’année », reconnaît André-Gwénaël Pors.

Vendue plus de 130 000 euros

La Fontaine au bac, comprenant 5 360 m2 de bâti et s’étendant sur plusieurs hectares, est vendue pour un peu plus de 130 000 euros aux enchères. La société Château des Clavières resort (ancien nom de la Fontaine au bac) en a fait l’acquisition. Ce groupe espagnol compte déjà plusieurs projets de ce type en Europe. Il s’agirait du premier en France.

En général, la société transforme des lieux patrimoniaux en résidence de luxe. Au Bignon-du-Maine, l’acheteur voudrait créer une résidence pour étudiants avec un système de transport, des studios, un complexe d’entraînement destiné aux sportifs ou encore un centre d’art thérapie. « Il s’agit de pistes de travail. On nous a aussi parlé d’une résidence hôtelière de luxe », confie André-Gwénaël Pors. Les travaux de réhabilitation devraient débuter assez rapidement. Des emplois devraient être créés sur ce site. 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire