Laval : il filmait ses collègues et des membres de sa belle-famille à leur insu

18h26 - 09 avril 2019 - par G.P
Laval : il filmait ses collègues et des membres de sa belle-famille à leur insu
L'homme a été placé en garde à vue jeudi 4 avril par les policiers du commissariat de Laval.

Jeudi 4 avril, un homme âgé de 34 ans a été placé en garde à vue au commissariat de police de Laval. Il a reconnu avoir filmé à leur insu ses collègues et ses proches.

Jeudi 4 avril, un habitant de Cossé-le-Vivien a été placé en garde à vue au commissariat de police de Laval. 

Entre le 16 octobre 2016 et le 2 août 2017, il est suspecté d'avoir filmé à leur insu plusieurs personnes. Le voyeur a été démasqué lors de l'été 2017, lorsqu'une de ses collègues de travail a retrouvé une mini caméra cachée dans le rouleau essuie-mains des toilettes pour femmes. Cet employé d'une enseigne de la grande distribution lavalloise a ensuite été confondu par les caméras de vidéosurveillance de l'établissement. Sur lui, les agents de sécurité ont retrouvé la mini caméra et un disque dur externe. 

Des collègues, sa belle-famille, des membres d'un groupe de musique... 

Le Cosséen âgé de 34 ans n'avait pu être entendu par les enquêteurs, puisqu'il avait rejoint dès le lendemain le service de psychiatrie adulte lavallois (Spal). Cependant, les enquêteurs ont continué à creuser et sont parvenus à identifier 18 victimes. Parmi elles, des collègues filmés sur les toilettes, des membres de sa belle-famille ou encore des amis d'un groupe de musique. Les forces de l'ordre ont retrouvé chez lui un ordinateur et trois disques durs externes et deux caméras. 

Lors de sa garde à vue, le voyeur a reconnu avoir agi par « pulsions », regardant parfois les films à « des fins sexuelles ». Il devra s'expliquer en septembre prochain à l'occasion d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Des faits d'atteinte à l'intimité par captation d'images et d'atteintes à caractère sexuel lui sont reprochés.  

Mots clés : Laval, police,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire