Lactalis accuse France 2 de diffamation

17h22 - 04 avril 2019 - par L.Q
Lactalis accuse France 2 de diffamation

Suite à un reportage de l'émission Envoyé Spécial sur France 2, le groupe laitier Lactalis poursuit la chaîne télévisée. Le procès s'est déroulé le 4 avril au tribunal de Laval.

Une bataille entre avocats. Jeudi 4 avril, au tribunal correctionnel de Laval, ni Lactalis, ni France 2 n'avaient fait le déplacement. L'industriel laitier attaque la chaîne télévisée pour diffamation, après un reportage de l'émission Envoyé Spécial, diffusé le 13 octobre 2016. 

Dans ce reportage, intitulé "Sérieusement Lactalis, le beurre et l'argent du beurre", un passage serait diffamatoire selon le géant du lait installé à Laval. Le journaliste interroge deux éleveurs laitiers en litige avec Lactalis sur leur contrat et le prix du lait. Pour maître Pech de Laclause, avocat de Lactalis, « deux imputations sont diffamatoires. On accuse Lactalis d'être à l'origine des difficultés économiques des éleveurs et on explique que l'industriel abuse de son pouvoir ».

Le conseil de Lactalis s'interroge « sur le sérieux de l'enquête journalistique. Lactalis n'est pas responsable des prix bas du lait à cette époque. Le journaliste a repris la propagande de la FNSEA, sans aucune distance. Jamais on ne parle de la position de Lactalis dans cette crise, alors que l'entreprise a envoyé quatre communiqués. Lactalis est présentée comme le grand méchant loup. Il y a un parti pris journalistique ». L'industriel demande un euro symbolique de dédommagement. 

« Lactalis est hors sujet »

Maître Andrieu, avocat de France 2, répond « ce que Lactalis plaide est hors sujet. France 2 a fait un choix éditorial. Contrairement à ce que Lactalis aurait souhaité, ce reportage n'est pas un cours magistral, c'est un éclairage particulier. Ca serait une grande première de reprocher un parti pris à une rédaction. On ne demande pas l'équilibre permanent dans un reportage, ce n'est pas cela la diffamation ». 

Le conseil de la chaîne télé appuie : « Lactalis reproche à France 2 de ne pas avoir appliqué la règle du contradictoire. C'est extravageant. Dans le reportage, le journaliste contacte Lactalis, parle à un bras droit du P-dg qui raccroche. Si on veut une version contradictoire, l'entreprise doit jouer le jeu ». Il termine : « le reportage respecte en tout point le droit de la presse ».

Le délibéré sera rendu le 9 mai.

Mots clés : Lactalis, France 2, justice,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire