Braquage du camion à Bonchamp-lès-Laval : les valises contenaient de la cocaïne

12h10 - 08 mars 2019 - par G.P
Braquage du camion à Bonchamp-lès-Laval : les valises contenaient de la cocaïne
Le conducteur du transporteur venant du Havre a été relâché jeudi 7 mars en début de soirée.

On en sait plus le braquage du camion de Bonchamp-lès-Laval. Les valises dérobées contenaient de la cocaïne. Le conducteur routier a été mis hors de cause. Les malfaiteurs sont toujours en fuite.

On en sait plus sur le braquage du camion survenu  jeudi 7 mars. 

Le transporteur routier avait chargé le container la veille sur les docks au Havre pour livrer sa marchandise dans une entreprise située boulevard des Grands-Bouessays à Bonchamp-lès-Laval. Les quatre malfaiteurs, à l'aide d'un gyrophare placé sur la BMW, se sont fait passer pour des policiers pour interpeller le chauffeur routier âgé de 45 ans. C'est lors de ce faux contrôle que les braqueurs ont ouvert l'arrière du camion pour récupérer trois valises de drogue. 

Une patrouille de police, alertée par des employés de la zone, est alors arrivée sur les lieux. Des coups de feu ont retenti, avant que ne s'engage une course-poursuite qui s'est terminée au début de l'avenue d'Angers à Laval. Les malfaiteurs ont ensuite pris la fuite. Ils sont toujours activement recherchés. 

Des millions d'euros de valeur marchande

Selon nos informations, au moins deux valises dites « marocaines » ont pour l'instant été récupérées route de Tours et le long de la rocade. Dedans, contrairement à ce que nous avons écrit dans notre précédent article, se trouvait de la cocaïne. La valeur marchande des trois valises s'élèverait à plusieurs millions d'euros. 

Le conducteur de l'ensemble routier a été mis hors de cause et a été relâché jeudi 7 mars en début de soirée. « Il est très choqué car il a assisté aux coups de feu. Cependant, il n'a pas été blessé », rapporte son responsable, qui a également pu récupérer le poids lourd. 

Désormais, c'est la Juridiction interrégionale spécialisée de Lille (Jirs) qui pilote cette affaire. Le service régional de police judiciaire (SRPJ) d'Angers est en charge de l'enquête.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire