Cinéma Laval : Une intime conviction

14h11 - 06 février 2019 - par C.C
Cinéma Laval : Une intime conviction

Drame français (2017) de Antoine Raimbault, avec Marina Foïs (Nora), Olivier Gourmet (Maître Dupond-Moretti), Laurent Lucas (Jacques Viguier), Jean Benguigui (Maître Szpiner), François Fehner (le président Richiardi), François Caron (Maître de Caunes), Philippe Dormoy (l’avocat général), Philippe Uchan (Olivier Durandet) (1h50). (Grands adolescents) Sortie le 6 février 2019.

Après avoir assisté au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de son épouse, (dont on n’a jamais retrouvé le corps) et qui a été acquitté en première instance, Nora est convaincue de son innocence. Pour lui venir en aide, lors du procès en appel, qui doit se tenir en 2010, elle prend contact avec Maître Dupond-Moretti et le persuade d’assurer la défense de l’accusé. Quand celui-ci lui confie les écoutes téléphoniques effectuées par la police, elle découvre effarée, la campagne de diffamation orchestrée par l’amant de la disparue.

Pour son premier long-métrage, Antoine Raimbault frappe très fort, avec ce film brillant qui reconstitue, dans les moindres détails, une histoire authentique, avec les véritables noms des personnages. Seul le personnage de Nora est fictif. Portée par l’interprétation toute en nuances des excellents Marina Foïs et Olivier Gourmet, cette œuvre s’interroge, avec finesse et justesse, sur les rouages de la justice, qui se base trop souvent sur des rumeurs, au lieu de chercher des preuves, alors que le doute doit toujours profiter à l’accusé.

En se concentrant sur les relations entre ses deux personnages, le réalisateur montre que le doute peut, trop vite, laisser la place à la certitude aveugle. Au passage, le film donne de belles leçons de stratégie de l’avocat, dont la plaidoirie finale est éblouissante.

Ce film magistral qui souligne les lacunes de la justice et la puissance de la rumeur et de la calomnie, met en scène une héroïne prête à tout sacrifier pour faire éclater la vérité… ou ce qu’elle croit être la vérité.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire