Stade lavallois : sept buts, trois pannes de courant et une victoire

22h18 - 01 février 2019 - par .
Stade lavallois : sept buts, trois pannes de courant et une victoire
Un doublé de Sekou Keïta offre la victoire au bout d'une soirée surnaturelle.

Dans une soirée à sept buts, trois pannes de courant et une demi-heure d'arrêt de jeu cumulée (!), le Stade lavallois a retrouvé la victoire face à Drancy... Soirée surnaturelle, victoire précieuse

Les premières actions confuses pouvaient laisser présager d'une soirée ubuesque, dans un premier quart de match pourtant insipide... Sur deux centres tendus, Danic rate un plat du pied (3') et Etinof une tête piquée (23'). Tout s'emballait après la demi-heure de jeu : un tir de loin de Makhedjouf (32'), un but refusé à Obbadi chipant le ballon dans les gants du gardien (33')... et une première panne d'électricité ! Le Basser restait plongé huit minutes dans le noir, jusqu'à un arrêt de onze minutes et donc autant de temps additionnel... avec trois buts à la clé !

Laval devant à la mi-temps, malgré tout

Au moment de revenir sur le terrain, Pascal Braud martelait aux joueurs Tangos d'être bien vigilants. Deux minutes plus tard, Cabaton ouvrait le score pour les visiteurs (0-1, 45+2'). Un coup sur la tête des Lavallois qui égalisaient par l'inévitable capitaine Dembele, de la tête sur corner (1-1, 45+9'). Le surnaturel voyait même Laval prendre l'avantage, sur un but trouvant toute sa place dans cette soirée : Keïta pousse trop loin son ballon, mais le gardien visiteurs se gênent avec deux défenseurs voulant le dégager... et le ballon termine dans leurs filets (2-1, 45+12') !

Une demi-heure d'arrêt de jeu en cumulée...

Laval est tout heureux de mener au score dans cette soirée... Mais le vent (froid) va vite tourner : Koné accélère à droite et égalise d'un tir croisé, malgré le tacle de Dembele et le retour de Scaramozzino (2-2, 48'). Mieux : sur un corner, un penalty est sifflé et Khous redonne l'avantage à la lanterne rouge (2-3, 54'). Quatre minutes avant la seconde coupure d'électricité de la soirée, pour onze minutes cette fois ci. Cinq minutes de jeu, puis la troisième coupure... De dix minutes encore. Avec un chronomètre tantôt en marche, tantôt arrêté...

Doublé salvateur pour la recrue Keïta

Malgré ces coupures et le scénario du match, Laval n'a pas d'autres choix que batailler tant bien que mal pour renverser les débats, et rajouter encore un peu de folie... Après s'être heurtés quelques minutes à un mur, les Tango égalisent sur un coup-franc cafouillé, où la recrue Keïta rode avec sang-froid (3-3, 90+3'). La fin de match est folle, hachée, les cartons jaunes s'enchaînent, le chrono totalement arrêté. Lambese manque le cadre sur un caviar de Vincent (90+8'). Mais lorsque Lambese - servi par Camara - centre pour le renard Keïta, c'est tout Le Basser qui sort de la nuit (4-3, 90+12') !

A ce moment là on entre dans la réelle quatre-vingt-dixième minute de jeu effective, avec cinq d'arrêts de jeu. L'électricité tiendra bon, le score n'évoluera plus. Laval renoue avec le succès, un succès précieux dans une soirée surnaturelle.

CT


Stade lavallois – JA Drancy : 4-3

Arbitre : Cédric Dos Santos – 3 377 spectateurs.
Buts : Dembele (45+9'), Ekani (45+12', csc), Keïta (90+3' et 90+12') pour Laval ; Cabaton (45+2'), Koné (48'), Khous (54', pen) pour Drancy.
Avertissements : Lambese (13'), Mabussi (72'), Scaramozzino (84') pour Laval ; Dahchour (90+5'), Koné (90+5'), Jean-Etienne (90+7') pour Drancy.
Laval : Bouet – Ba, Dembele (cap), Scaramozzino – Lambese, Obbadi, Makhedjouf, Mabussi (Perrot, 90') – Etinof (Vincent, 81'), Keïta, Danic (Camara, 55'). Non-entrés : Mensah (g), Ndilu. Entr : François Ciccolini.
Drancy : Desprez – Samba, Akueson (Coulibaly, 78'), Cabaton, Ekani, Jean-Etienne – Dahchour (cap), Camara, Diop (Bando, 90+3') – Koné, Khous. Non-entrés : Lume (g), Sissoko. Entr : Abdelmalik Hebbar.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire