Laval : Sauver ou périr

10h53 - 28 novembre 2018 - par B.F
Laval : Sauver ou périr

Drame français (2018) de Frédéric Tellier, avec Pierre Niney (Franck Pasquier), Anaïs Demoustier (Cécile), Vincent Rottiers (Martin), Sami Bouajila (le docteur Almeida), Chloé Stefani (Nathalie) (1h56). (Grands adolescents) Sortie le 28 novembre 2018.

Sa vocation a toujours été de venir en aide aux autres, qu’ils soient malades, accidentés ou sur le point d’accoucher. Franck Pasquier est un sapeur-pompier de Paris, et il vit, avec son épouse Cécile qui attend des jumeaux, dans la caserne. Mais, lors de sa première intervention sur un incendie, une violente explosion met en péril ses hommes. Sans hésiter, il se précipite pour leur venir en aide... et il se réveille à l’hôpital, après un long coma, gravement brûlé.

Il est dommage que le début, qui montre la vie quotidienne d’une caserne de pompiers, où vit le héros et son épouse, soit interminable, car cette histoire poignante constitue un magnifique hommage à ces soldats du feu, entièrement dévoués aux autres, comme l’indique la belle devise des pompiers de Paris «Sauver ou périr». Puis, après l’accident, magistralement mis en image, le film suit la difficile reconstruction de cet homme défiguré et transformé en assisté qui dépend des autres, ce qui est le contraire de ce qui l’a motivé pendant toute sa vie. Pierre Niney, qui a travaillé son rôle avec des pompiers, mais aussi avec des grands brûlés, est impressionnant de justesse et d’émotion retenue, et il est magistralement accompagné par Anaïs Demoustier, très émouvante en épouse désorientée par la nouvelle situation de son mari, donc de leur couple. Ils sont les atouts majeurs d’un film impressionnant et d’une belle humanité.

Dans sa terrible lutte pour survivre, le héros va voir sa vie conjugale malmenée, et il va devoir lutter contre ses pulsions suicidaires. Mais les belles valeurs qui guident les pompiers, tel le don de soi pour protéger les autres, sont bien mises en valeur.

 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire