Bookcrossing à Laval : où donner, où se servir

08h25 - 29 septembre 2018
Bookcrossing à Laval : où donner, où se servir
Philippe Vallin à côté de la boîte à livres des Fourches, dernière installation en date à Laval.

La municipalité de Laval a affiché sa volonté de créer des espaces de bookcrossing dans les quartiers.

Francisé, bookcrossing donne passe-livre. Ce terme désigne l’action de laisser les livres que l’on a lus à un endroit, afin que d’autres lecteurs se délectent de leurs pages. Depuis plusieurs années, les boîtes à livres se multiplient dans les communes. Certaines y ont même vu une occasion de recycler les cabines téléphoniques.

De la Perrine aux Fourches

Laval ne fait pas exception. Depuis deux ans, dans les Ateliers de la cité, François Zocchetto invite les habitants à se saisir du phénomène. Objectif : en installer dans tous les quartiers de Laval.

Le premier espace de book-crossing a pourtant vu le jour avant la municipalité Zocchetto : il s’agit de l’arbre à livres de la Perrine. Mais les espaces se sont multipliés depuis quelques mois. « Le premier que nous avons inauguré, c’est celui du square de Boston, sous le kiosque à musique, à l’occasion de Laval la plage », se souvient Philippe Vallin, conseiller délégué à la lecture publique. Un succès : les plagistes se servent pour lézarder sur la plage. Depuis, le kiosque du Bourny, la rue de la Charité au Pavement et les abords des maisons de quartier aux Fourches, Thévalles et Grenoux en sont dotés. « A chaque fois, on implique les maisons de quartier et les habitants, ce sont eux qui choisissent l’emplacement. Les Pommeraies, c’est en cours. Restent Avesnières et Hilard. Saint-Nicolas a déjà la médiathèque, mais aura, à terme, sa boîte à livres », prévoit Philippe Vallin.

Livres ni abîmés, ni inappropriés

Suivant les emplacements, le système fonctionne plutôt bien : il y a autant de donateurs que d’emprunteurs. Pour d’autres, c’est plus compliqué et ils sont parfois vides. « Ils sont réapprovisionnés par le personnel de la bibliothèque lorsque passe le Médiabus », précise le conseiller municipal. Un personnel qui vérifie également si les ouvrages ne sont pas abîmés ou inappropriés. Le minimum pour ces bibliothèques ouvertes 24 heures sur 24.

Mots clés : bookcrossing, Laval,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire