Laval : le personnel du tribunal manifeste

11h19 - 15 février 2018 - par G.P
Laval : le personnel du tribunal manifeste
Avocats, magistrats et personnels de greffe ont manifesté devant le tribunal de Laval.

Ce jeudi 15 février, personnels de greffe, magistrats et avocats ont manifesté devant le tribunal de Laval. Ils dénoncent une absence de moyens et un manque de visibilité de la part du gouvernement.

« Justice en colère, budget indigent, effectifs insuffisants. » Sur des feuilles A4, avocats, personnels de greffe et magistrats ont affiché leur mécontentement ce jeudi 15 février devant le tribunal de grande instance de Laval. « C'est rare de voir manifester ensemble tous les corps de métier du tribunal », souligne le bâtonnier Eric Cesbron, représentant de l'ordre des avocats du barreau de Laval.

Ce matin, ils étaient environ 70 à se rassembler et suivre le mouvement national. Tous dénoncent un manque de moyens humains et budgétaires. « La justice française est pauvre, au 23e rang sur 28 au sein de l'Union Européenne. Le budget octroyé est largement insuffisant pour assurer le bon fonctionnement  », indique Carine Dudit, déléguée de l'Union syndicale des magistrats.

Un quart des effectifs du greffe amputé en mars

A Laval, si les conditions de travail sont plutôt bonnes, c'est le manque de personnel qui fait grincer des dents. « Au sein du Parquet, il manque un substitut depuis au moins trois ans », rappelle Carine Dudit. Le greffe est également touché de plein fouet par ce manque d'effectif. « A partir de mars, avec des arrêts maladie, il nous manquera un quart de nos effectifs qui ne seront pas remplacés », souligne Nathalie Garnier, responsable Unsa Services-judiciaires. Une situation qui pourrait entraîner « un ralentissement du fonctionnement de la justice », puisque le greffe est chargé notifier les jugements. « Nous sommes garants de la procédure, mais nous ne sommes pas reconnus », déplore la responsable du greffe du conseil des Prud'hommes.

La crainte du transfert de la Cour d'appel d'Angers

En parallèle, les manifestants s'inquiètent de la réforme de la carte judiciaire, désormais nommée “Adaptation du réseau des juridictions”. « Elle désorganisera le fonctionnement quotidien de la justice et rendra illisible l'organisation des tribunaux », craint Carine Dudit. Pour la Mayenne, c'est le transfert de la Cour d'appel d'Angers vers Nantes qui pourrait s'avérer problématique. « La justice sera encore plus éloignée pour le justiciable sarthois et mayennais », estime-t-elle.   

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire