Les subventions à Echologia font jaser

08h41 - 17 février 2018 - par L.Q
Les subventions à Echologia font jaser
Catherine Romagné a aussi rappelé que « l’entrée à ce parc privé n’est pas facile d’accès en raison de son prix ».

Lors de son dernier conseil, le 12 février, Laval Agglomération a voté une subvention de 300 000 euros pour le parc Echologia de Louverné. Un choix qui a fait polémique

« 300 000 euros pour un projet privé ? Alors qu’il y a tant à financer, comme des maisons de santé », lance Catherine Romagné, conseillère municipale lavalloise d’opposition. Les subventions accordées au nouveau projet du parc Echologia à Louverné ont fait débat, lundi 12 février. 

Alain Guinoiseau, vice-président en charge du tourisme, a présenté le dossier. « Echologia veut se développer, et participera au développement de l’économie touristique de Laval Agglomération. Autour de nouvelles prestations et animations, ils souhaitent construire 271 hébergements », explique-t-il.

Ce projet, étalé sur cinq ans, est estimé à 3,8 millions d’euros. Il sera financé pour 1,2 million par 73 chefs d’entreprise du secteur. « Laval Agglomération apporte 300 000 euros, le conseil départemental 300 000 euros et le conseil régional 600 000 euros », a complété François Zocchetto.

Le petit monde lavallois

Aurélien Guillot, élu communiste de l’opposition lavalloise, a soulevé une subtilité. « A la fin de ce conseil, nous allons voter le règlement d’attribution des aides financières aux entreprises. Or, les subventions sont plafonnées à 200 000 euros. Pourquoi attribuer 300 000 euros à ce projet privé », interroge-t-il.

« Il y a une possibilité de dérogation pour un projet exceptionnel », répond Alain Guinoiseau. « Exceptionnel ? Parce que c’est l’ensemble du Medef qui porte ce projet ? On le sait, Laval est un petit monde. Quand Lactalis est attaqué, Samuel Tual, le président du Medef, vient défendre et puis c’est le président du conseil départemental Olivier Richefou. Moi, je demande de la transparence. S’il y a des dérogations, il faut des critères », lance Aurélien Guillot.

« Si on veut mettre des règles aux dérogations, ce ne sont plus des dérogations. J’ajoute qu’en deux ans, et une vingtaine de projets étudiés, Echologia est le seul à bénéficier d’une dérogation », a précisé Yannick Borde, vice-président à l’économie.

Enfin, le président François Zocchetto a terminé : « Vous êtes contre ce projet, très bien. Tout ce qui vient des entreprises n’est pas mauvais, monsieur Guillot. Echologia à un concept unique et audacieux, je ne vois pas pourquoi, on ne les aiderait pas ».

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
1 commentaires
  1. Monique

    Et il faut rappeler qu'en 2012, Echologia avait déjà obtenu 700 000 € de subventions publiques dont 300 000 € de Laval Agglomération... Echologia a droit une subvention dérogatoire tous les cinq ans ? Pas très clair tout ça...

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire