La nouvelle grille de France Bleu Mayenne : sourire et continuité

00h00 - 01 septembre 2006

France Bleu Mayenne vient de lancer sa grille de programme pour la nouvelle année. Elle a été présentée par Thierry Ruffat rédacteur en chef qui assure l'intérim du directeur Paul Antoine Vivion, récemment décédé («un poste provisoire qui pourrait durer» lui a t-on annoncé) ; d'aillleurs cette grille a été la dernière élaborée par l'ancien directeur. Pas de grande modification à intervenir. Les animateurs qui opéraient l'an passé conservent leur tranche horaire. On retrouve ainsi Franz Massard pour la matinale de 6 à 9 heures, Bernard Christin pour la matinée, Hervé Lefevre pour le début d'après midi et Christine Lhote de 17 à 19 heures. Les autres plages horaires sont assurées par le réseau national : France Bleu de 5 heures à 6 heures du matin pour les lève tôt, de 12h30 à 14 heures par le “tous ensemble” de Patrick Sabatier et après 19 heures. «Le matin, nous voulons davantage inciter les auditeurs au sourire» a lancé Thierry Ruffat. Ce sera le cas particulièrement dans la tranche de 7 à 8 heures (la meilleure de la journée) où les interventions de Noël Meslier, en direct d'une commune seront confortées. L'animateur continuera à tendre son micro aux acteurs locaux. Didier Pillon, le mélomane proposera aux auditeurs à 7h43 de trouver “le mot de la fin“ c'est à dire d'achever une histoire originale. Autre nouvelle chronique, “les proverbes à l'imparfait” qui sera diffusée à 6h54. De 9h à 10 heures du matin, France Bleu Mayenne continuera à recevoir un invité puis se succéderont des chroniques, des reportages et de la musique. Coté musique, l'effort sera porté sur la chanson française des années “80” ; «nous savons que nos auditeurs se situent essentiellement dans la tranche 40-60 ans» indique Thierry Ruffat. La programmation se rapproche donc plus de Nostalgie que de Skyrock !Chroniques locales ou nationales, reportages musique se succèdent l'après midi ; les petits ne seront pas absents avec l'émission “les mômes” à 14h45. Dans la soirée, le magazine culturel du vendredi de Christine Lhote disparaît pour être éclaté sur les cinq jours de la semaine. Le jeu “l'heure de méninges” est aussi conservé : la finale se déroule le vendredi. Les programmes du week-end avec Florence d'Ambrières, Frédéric Debuiche, Corentine Feltz sont peu modifiées. Les jardiniers et les organisateurs de manifestations auront toujours leurs émissions le samedi matin. On retrouvera aussi l'invité du dimanche de Michel James mais à 10 heures au lieu de 11 heures, avant l'émission de musique classique de Didier Pillon et l'inamovible “Top chrono” sur les résultats sportifs le dimanche à 19h15. La rédaction interviendra comme par le passé toutes les heures dès 6 heures du matin avec un rappel des titres trois-quarts d'heures plus tard. Le reportage de fin de journal disparaît pour être intégré au sein du journal. Le vendredi, une rétrospective des événements de la semaine est proposée. J.Y.DelortAudience en baisseAvec ses 30 permanents (7 journalistes, 7 techniciens, 10 animateurs) France Bleu Mayenne reste, et de loin, la radio locale la plus écoutée en Mayenne. Toutefois, les sondages marquent une certaine baisse d'audience : la radio est passée de 24,7 à 23,4 points en deux ans. «C'est la première fois que nous baissons pour la deuxième année consécutive note Thierry Ruffat ; seule consolation, les autres baissent plus que nous.» La concurrence de la télévision du matin et d'internet en sont sans doute largement responsables. En bref- En hommage à l'ancien directeur disparu, le studio à l'entrée de la station sera appelé “studio Paul Antoine Vivion”. - Un changement va intervenir dans la disposition des studios puisque la vitre traditionnelle qui sépare les techniciens des animateurs ou des journalistes va bientôt disparaîtreLe Stade lavallois : un an encoreLa station mayennaise continuera à donner un compte rendu en direct de tous les matches du stade lavallois, à domicile et à l'extérieur. «Nous sommes la seule station à diffuser en direct un match de national a indiqué Thierry Ruffat. Même si ça nous coûte cher à cause de la liaison numéris. C'est notre pari de l'année.» Ce qui signifie que pour continuer la diffusion l'année prochaine, il faudra que le Stade lavallois retrouve la seconde division.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire