120 agriculteurs devant le magasin Leclerc de Laval

23h46 - 19 octobre 2017 - par L.Q
120 agriculteurs devant le magasin Leclerc de Laval
Philippe Jehan, président de la FDSEA 53, Vincent Jaud, directeur des magasins Leclerc et Jérémy Trémeau, président des Jeunes agriculteurs.

Jeudi 19 octobre, 120 agriculteurs ont mené une action syndicale face au magasin Leclerc, route de Tours, à Laval. Ils ont rencontré le propriétaire de la grande surface, Vincent Jaud.

« Les annonces gouvernementales vont dans le bon sens, elles satisfont tout le monde », lance Philippe Jehan, président de la FDSEA devant 120 agriculteurs manifestants. A la Chambre d'agriculture, il a reconnu les bienfaits des états généraux de l'alimentation. Le gouvernement souhaite une répartition équitable de la valeur ajoutée pour chaque acteur de la filière. 

Mais, la FDSEA 53 s'inquiète « de la mise en place des décisions, par exemple sur les promotions. Il n'est pas normal qu'il soit possible d'acheter de la viande de porc en promotion toute l'année ». D'ici à février 2018, les négociations vont commencer avec les industriels et les grandes surfaces. 

Le propriétaire répond aux questions

Une enseigne est particulièrement visée : Leclerc. « Parce qu'au niveau national, les magasins Leclerc sont les plus difficiles en termes de négociation », ajoute le président de la FDSEA 53. Surtout, la semaine passée, les déclarations de Michel-Edouard Leclerc, à la tête du groupe portant son nom, ne sont pas acceptées. « Pourquoi agresser la FNSEA ? Il n'y a aucun accord entre industriels et notre syndicat pour fixer les prix », précise Philippe Jehan.

Pour toutes ces raisons, les 120 manifestants se sont rendu au magasin Leclerc de Laval. Sur place, ils ont pu rencontrer Vincent Jaud, propriétaire de la grande surface et de celle de Saint-Berthevin. 

« Leclerc est toujours prêt à aider la filière en amont, si et seulement si c'est bien vous qui en profitez », répond Vincent Jaud. En résumé, Leclerc est prêt à acheter plus cher les produits agricoles si l'augmentation retombe aux producteurs, et non aux actionnaires des industriels. « Mais, là, il y a un manque de transparence ».

Etiquetage de la viande de porcs, pénurie de beurre, prix du lait, Vincent Jaud est resté plus d'une heure auprès des manifestants pour répondre à leurs questions. Pour terminer, les agriculteurs sont repartis avec six bâches à installer sur six grandes surfaces du département. Des bâches rappellant leur vigilance sur les prix. 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
1 commentaires
  1. poa

    jaud est courageux
    comme son père avant lui

    Signaler le commentaire

Envoyer un commentaire