Salon de l'agriculture : quatre prix pour les Bleu du Maine de Bazougers

10h40 - 03 mars 2017 - par L.Q
Salon de l'agriculture : quatre prix pour les Bleu du Maine de Bazougers
Les Bleu du Maine de Didier Foubert ont remporté quatre prix au Salon de l'agriculture.

L'éleveur de Bazougers participe chaque année au Salon de l'agriculture. Pour Didier Foubert, chaque prix est un moyen de mettre un peu plus en valeur la race.

Didier Foubert a une nouvelle fois raflé la mise au concours ovin du Salon de l'agriculture. Quatre prix, enfin, seulement trois pour Didier, « quand je ne suis pas dans les trois premiers, je n'y pense plus », confie-t-il en souriant. L'éleveur installé à Bazougers est un habitué des concours agricoles mais décrocher quelques plaques en plus, c'est toujours « un plaisir ». A Paris, ses moutons ont été primés pour leur viande et pour leur laine.

Cette année, Bataille, le bélier, a particulièrement brillé, il a décroché un premier prix en viande et un prix de rappel de championnat. « Cela signifie que c'est le meilleur bélier de la race, c'est la plus belle place », affirme Didier Foubert. Pourtant, Bataille n'avait rien d'une bête de compétition. « Personne n'en voulait quand je l'ai acheté, il paraissait triste, se souvient l'agriculteur. Mon objectif est d'optimiser leur potentiel, je n'achète jamais de belles bêtes, je n'y prendrais pas de plaisir », conclut-il.

Sept élevages en Mayenne

A Bazougers, les Bleu du Maine ne naissent pas champions, ils le deviennent. Et ça prend du temps. « Bataille n'a pas gagné son premier concours au bout d'un mois mais au bout d'un an et demi », précise Didier Foubert. Une passion qui fait de l'éleveur un concurrent redoutable : « Je sais qu'il y a des gars qui évitent de concourir dans les mêmes sections que moi ». Le mayennais accumule les plaques depuis des années.

« Parfois, je les vends avec le bélier, ça valorise l'animal, une plaque du Salon de l'agriculture, c'est important, on peut faire n'importe quel concours mais Paris, ça reste Paris », raconte l'éleveur. L'homme reste modeste malgré tout, « ce que je souhaite, c'est mettre en valeur la race ». Sa réussite, Didier la veut collective. Ses résultats aux concours attirent des éleveurs étrangers, belges notamment. « Quand ils viennent visiter mon exploitation, ils vont aussi voir un autre élevage mayennais. La race Bleu du Maine est assez méconnue, son potentiel n'est pas encore exploité », poursuit-il.

Aujourd'hui, la Mayenne compte sept élevages de Bleu du Maine, « un chiffre qui a augmenté ces dernières années », se félicite l'éleveur. A travers les concours, c'est son amour de la race que Didier Foubert tente de transmettre.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire