La reconversion d'un ancien de Géodis à Saint-Berthevin : Christophe veut “rebondir” avec le foot à quatre

00h00 - 09 octobre 2008

Ancien salarié de Géodis, Christophe Pouteau a été, comme beaucoup d'autres, victime de la fermeture de l'entreprise lavalloise. Il vient de d'opérer sa reconversion en devenant co-gérant d'une entreprise créée depuis un an “Récréa'foot”. Ce sportif va pouvoir se consacrer à sa passion : le football en salle.C'est en juin 2007 qu'a été ouvert boulevard Louis Armand à Saint-Berthevin “Récréa'foot”, un complexe sportif composé de plusieurs petits terrains de foot en synthétique. Sur des terrains de 50 m2 totalement clos, on peut jouer au jorky-ball c'est à dire au football à deux contre deux. Ce sport original se pratique en utilisant les parois latérales. On peut aussi y jouer au soccer, à trois contre trois sur un terrain de 100 m2. Cette salle unique en Mayenne a été ouverte par Johan Gougeon, un sportif de 29 ans... Pendant ce temps-là, Christophe Pouteau devait effectuer sa reconversion professionnelle. Chez Géodis, il gérait les techniciens de maintenance machines. « J'ai été le dernier à être licencié raconte t-il ; on a démonté les machines et je me suis occupé du reclassement des gens ». Pour son reclassement personnel, Christophe reçoit de Géodis des propositions de reclassement à Paris et à Lille ; mais cela ne le tente guère. Avec sa femme et ses trois filles, il ne souhaite pas quitter la région. Passionné de sport (il s'occupait aussi de la section sportive de Géodis, jouait à l'ASPTT, était membre du District de football), il a envie de rester dans ce secteur et de se mettre à son compte : « je voulais être mon propre décisionnaire ». Par curiosité, il vient un jour rencontrer Johan Gougeon qui vient de créer Récréafoot. « On s'était déjà connu au district de football. On a discuté, je me suis rendu compte qu'il cherchait un adjoint et que Récréa'foot correspondait exactement à ce que je cherchais ». Les deux compères envisagent une association. «On a fait une étude de marché pour voir si Récréa'foot pouvait se développer ; on a eu des résultats positifs et on a vu que nos motivations correspondaient ; normal, on a tous les deux la passion du ballon rond». Le 1er octobre dernier, Récréa'foot a doublé ses effectifs ! L'entreprise qui ne comptait qu'un seul gérant en compte deux. Christophe a mis dans l'affaire une partie de la prime de licenciement de Géodis. Et les deux gérants se sont réparti les rôles : à Yohan la gestion, la comptabilité financière, le marketing, l'organisation de compétition, à Christophe les contacts extérieurs avec les clubs de foot, les associations, les comités d'entreprises et la responsabilité du bâtiment. Les deux gérants se sont aussi réparti les horaires : ils travaillent ensemble dans la journée et alternent pour les week-ends et pour les soirées.Les deux hommes ont plein de projets communs ; notamment l'ouverture en novembre d'un nouveau grand terrain de 250 m2, qui pourra accueillir les matches de foot à 8 (quatre contre quatre). « On voudrait nouer des contacts avec les clubs de football note Christophe Pouteau. La Mayenne est un département de footeux ; les terrains sont souvent impraticables l'hiver. On voudrait proposer aux clubs que les jeunes qui ne peuvent alors pas jouer viennent le faire chez nous. Ici, on peut jouer quand on veut ». Christophe et Yohan souhaiteraient aussi développer d'autres idées originales : les matches entre amis, les rencontres entre vétérans (des sportifs d'Entrammes se retrouvent de temps en temps à Récréa'foot), les animations pour les anniversaires d'enfants... Christophe est confiant même si l'entreprise n'est pas encore rentable : « on commence à se faire connaître ; on a une clientèle à 50 % de footeux et à 50 % de non footeux. Il faut avoir la démarche de venir pour essayer l'activité. Après les gens reviennent et en parlent aux autres ».Christophe Pouteau a trouvé dans sa passion pour le sport un moyen de se reconvertir après un licenciement : « le foot m'a permis de rebondir» glisse t-il en souriant.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire