Parné-sur-Roc : la générosité au bout du fil de Michèle Parent

09h00 - 21 octobre 2018 - par G.P
Parné-sur-Roc : la générosité au bout du fil de Michèle Parent
Coussins, doudous, boites, tapis pour bébé, plus rien n’a de secret pour les doigts de Michèle Parent.

Passionnée de patchwork, Michèle Parent vend ses productions au profit de la Ligue contre le cancer. En dix ans, elle a récolté plus de 30 000 €.

Coussins, doudous ou encore sacs trônent sur une petite table. Un peu plus loin, une panoplie pour bébé est mise en évidence. Bien achalandé, l’endroit n’est pas un magasin de textile mais le salon de Michèle Parent. Depuis 30 ans, cette habitante de Parné-sur-Roc s’adonne à sa passion : le patchwork. « J’ai découvert cette occupation il y a 30 ans à Laval lors d’une exposition. J’ai suivi un stage avec une formatrice américaine. Depuis, ça ne m’a plus quitté », se souvient l’intéressée.

Si douée qu’elle soit avec ses mains et ses aiguilles, Michèle Parent se distingue par une autre qualité : la générosité. Depuis dix ans, elle met son talent au profit de la Ligue contre le cancer et plus particulièrement des Ateliers de Myriam. « Je souhaitais apporter mon soutien à quelque chose de précis. Cette association s’occupe des personnes malades, offre des soins du corps, un accompagnement psychologique... », présente la Parnéenne, qui a perdu son mari emporté par un cancer.

Présente au marché de Noël de Parné-sur-Roc

Une de ses amies proches, une commerçante lavalloise, est également décédée des suites de cette maladie. « Son mari m’a légué tous ses tissus. Aujourd’hui, j’en ai toujours. Ça me paraît inépuisable », indique cette membre de l’association de patchwork de Parné-sur-Roc. Depuis, elle utilise les étoffes pour ses créations. « Je n’achète que les fils et les aiguilles. Le reste, on m’en fait don », ajoute-t-elle. Ses productions sont vendues à domicile ou au marché de Noël de la commune.

Retrouvez la suite dans notre édition du Courrier de la Mayenne.

Mots clés : Parné-sur-Roc, cancer,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire