Saint-Germain-d'Anxure : une pédagogie hors du commun à l'école Sainte-Marthe

08h00 - 13 juin 2018 - par R.A
Saint-Germain-d'Anxure : une pédagogie hors du commun à l'école Sainte-Marthe
Pendant les ateliers, les élèves sont libres d’aller et venir d’une classe à une autre pour utiliser le matériel dont ils ont besoin.

Travailler par le jeu et la manipulation de la maternelle au CM2, c’est le défi que se sont lancé les enseignantes de l’école Sainte-Marthe.

Individualiser le travail, rendre les élèves plus autonomes. Tels sont les objectifs que se sont fixés les enseignantes de l’école privée Sainte-Marthe. « Notre pédagogie n’est pas liée à une méthode en particulier. Nous partons du constat que tous les enfants n’ont pas les mêmes compétences, ni le même niveau et qu’ils doivent pouvoir avancer à leur rythme, sans être constamment mis en échec. Aussi ce sont eux qui décident quand ils se sentent prêts à être évalués sur telle ou telle compétence. S’ils échouent, ce n’est pas grave, ils pourront recommencer plus tard », explique Florence Corbet, directrice. Exit les notes. Chaque élève a un porte vues de réussite avec échelles, qui le suit toute sa scolarité en primaire.

Le travail, en maternelle comme en CM2, passe par des ateliers, des activités ludiques. Il n’y a pas de manuels scolaires. « On va jusqu’au bout de la tâche. On donne du sens aux activités. » Pour réaliser un chantier, les élèves sont d’abord livrés à eux-mêmes. « Ils font comme s’ils savaient faire. Ensuite, ils déterminent leurs lacunes, avant que nous mettions en place des ateliers pour répondre à leurs besoins. Et enfin, ils font le chantier », explique encore l’enseignante.

Valoriser l’effort plus que la réussite

Déjà quatre ans que l’équipe pédagogique a pris le pli d’adapter sa méthode à chaque enfant, et cela semble porter ses fruits. « Les enfants en difficulté s’en sortent mieux. Ils ne se comparent pas aux autres, ils travaillent pour eux. On met aussi en valeur la notion de travail plus que de réussite, et on valorise l’effort. Pour les enfants qui ont un bon niveau, cela leur permet d’avancer encore plus. » « On ne peut pas gommer toutes les différences, mais on les aide à avoir un autre regard sur eux-mêmes. Ils s’affirment aussi davantage », complète l’enseignante des CM.

 

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire