Evron : ils volent un Fenwick® et ravagent un entrepôt

16h45 - 25 mai 2018 - par G.P
Evron : ils volent un Fenwick® et ravagent un entrepôt
L'affaire a été jugée ce vendredi 25 mai par le tribunal correctionnel de Laval.

Ce vendredi 25 mai, trois hommes âgés de 19 à 26 ans ont été condamnés par le tribunal correctionnel de Laval. Mercredi 23 mai, ils avaient ravagé un entrepôt à Evron avec un chariot élévateur.

« A la base, on n'était pas du tout partis pour ça. » Dans le box des accusés, deux frères âgés de 19 et 26 ans et un ami âgé de 21 ans reviennent sur leur virée à Evron.

Les faits remontent au mercredi 23 mai. Avec un quatrième acolyte, le trio s'alcoolise dans l'après-midi à base de vodka et de boissons énergisantes. Dans la soirée, la petite bande décide d'aller se dégourdir les jambes autour du Gué de Selle. Mais en chemin, le quatuor se ravise en traversant la zone du Bray et s'introduit dans l'entreprise Maine Agrotec. Dans l'entrepôt, ils s'emparent d'un Fenwick® et d'un transpalette pour se livrer à une mise à sac des locaux. Ils cognent dans les murs, les portes, les cloisons. « Une plaque de six mètres du plafond s'est même effondrée », rapporte le fondateur de la société.

A quatre sur le chariot élévateur

La sortie de l'entreprise est rocambolesque. A quatre sur le chariot élévateur, les intrus défoncent la grille d'enceinte, avant de prendre a fuite à pied. Ils seront interpellés quelques minutes plus tard, après avoir été reconnus par les images de la vidéosurveillance.

67 000 euros de dégâts selon l'entreprise

En dehors de l'effet de l'alcool, les trois comparses n'expliquent pas ce saccage. « On n'est pas venus avec une idée précise, pas pour un cambriolage en tout cas », assure l'ami des deux frères. « On est désolés, c'était n'importe quoi », complète le plus âgé de du trio. Du n'importe quoi qui coûte cher à l'entreprise : 67 000 € selon Me Allamand, avocate de la société. « Je travaillerai pour payer », promet l'ami des deux frères. « Il va falloir travailler longtemps », ironise la présidente Clotilde Ribet. « C'est un préjudice important pour la société qui ne peut plus exploiter cette partie du site », déplore le vice-procureur Yann Le Bris. Le magistrat aurait aimé davantage de « rationalité » dans les explications des prévenus. « On ne saura jamais s'ils souhaitaient commettre un vol », souffle-t-il.

Déjà condamné à plusieurs reprises, l'aîné de la fratrie a écopé d'une peine de 18 mois, dont huit mois avec sursis. Il a été incarcéré à l'issue de l'audience. Son frère est condamné à une peine de six mois de prison, dont quatre avec sursis. Leur ami écope lui d'une peine de six mois de prison avec sursis. Le quatrième est lui toujours recherché. « Il ne perd rien pour attendre », annonce Clotilde Ribet.

Mots clés : justice, Evron, Laval,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire