Insolite : le pigeonnier mémorial d'Henri Barbier à Evron

08h00 - 06 mars 2018 - par B.E
Insolite : le pigeonnier mémorial d'Henri Barbier à Evron
Henri Barbier a mis six ans à dresser de ses mains ce pigeonnier mémorial de la ferme de l'Ornière.

Henri Barbier, agriculteur d'Evron, a construit de ses mains un pigeonnier mémorial des occupants de la ferme de l'Ornière. Suivez le guide.

Sur la route sinueuse de Chammes à Evron, le sommet d’un drôle de pigeonnier se remarque au milieu des belles exploitations laitières du secteur. Face à la ferme de l’Ornière, l’édifice de bois s’élève à 12,50 mètres de haut au bout d’une petite allée bordée de troncs d’arbres surmontés de leds et petits panneaux solaires. « Il y a là, les sept générations du côté de mon épouse », explique Henri Barbier, le constructeur de l'édifice.

Deux sarcophages orientés vers le soleil

Le chiffre 7 est la base de la construction réalisée par cet agriculteur en retraite, originaire de Saint-Georges-sur-Erve. La tour heptagonale se compose de trois étages. Au sous-sol, des trappes dévoilent deux sarcophages inspirés des tombes gauloises en rondins de bois. Ils attendent, non les corps des deux époux, mais leur représentation en silicone. « La mienne sera orientée au soleil levant, celle de mon épouse au soleil couchant. Toute l’année, nous verrons le soleil et à certains moments de l’année, il donnera directement sur nous. On sera un peu immortels », explique Henri Barbier.

Aux étages supérieurs, on trouve au premier étage une galerie de portraits des sept générations présentes sur la ferme de l'Ornière, au second étage une salle de convivialité et au troisième... deux chambres à coucher. Le tout est surmonté d'un clocher et d'une statuette d'une femme en or. 

Six ans de travail

Entrepris en 2010, le chantier a demandé six ans de travail à Henri Barbier qui, jeune, rêvait de devenir architecte. A défaut de réaliser son rêve, le constructeur a beaucoup lu. C’est de toutes ces lectures et de sa curiosité qu’est sortie cette incroyable tour heptagonale. Près de 4 000 visiteurs se sont arrêtés pour la prendre en photo.

Plus de détails dans Le Courrier de la Mayenne du jeudi 1er mars 2018.

Mots clés : Evron, Coëvrons,

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire