Mayenne : des fissures à la chapelle des Calvairiennes

08h00 - 28 janvier 2018 - par L.C
Mayenne : des fissures à la chapelle des Calvairiennes
Des fissures sont apparues sur le mur de tuffeau du retable. Le bâtiment, propriété de la ville de Mayenne, est classé monument historique.

Deux ans après avoir donné l’alerte sur des fissures, la municipalité de Mayenne, propriétaire de la chapelle des Calvairiennes, a eu la visite de la Drac.

Il y a deux ans, la chapelle des Calvairiennes, devenue centre d’art contemporain, fêtait ses 15 ans. L’année suivante, en mettant en place une exposition d’envergure, le personnel du Kiosque découvre des fissures au niveau des fresques peintes sur le mur du retable en tuffeau. Le bâtiment, propriété de la Ville de Mayenne, est classé monument historique. Les fresques sont datées de 1672. « C’est un des fleurons de la culture historique de la ville », note Mathias Courtet, coordinateur au centre d’art.

Visite de la Drac

L’alerte est aussitôt donnée à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), par Nathalie Roussel, directrice du service des affaires culturelles, du patrimoine et du tourisme de la Ville. Après deux rendez-vous sur place annulés, les conservateurs régionaux des monuments historiques n’ont plus donné de leurs nouvelles, jusqu’à la semaine dernière. Antoine Lataste, chef de la conservation régionale des monuments historiques et Pauline Ducom, conservatrice des monuments historiques à la Drac se sont déplacés à la chapelle des Calvairiennes jeudi dernier pour se rendre compte de l’état du retable. « Ils nous ont demandé de prendre contact avec l’architecte du patrimoine de la Mayenne pour qu’elle puisse venir sur place se rendre compte de l’origine du problème », explique Nathalie Roussel.

Déjà, deux petits morceaux de pierre issus du mur du retable sont tombés. Or le site accueille beaucoup de public, dont des scolaires. « Hors Nuit Blanche, nous accueillons plus de 3 000 personnes par an. Il serait dommage d’en arriver à fermer la chapelle », s’inquiétait Mathias Courtet, avant la visite de la Drac.

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire