Plus de 100 000 followers pour PassionFootball Club

10h00 - 11 février 2017 - par L.C
Plus de 100 000 followers pour PassionFootball Club
Simon Courteille distille ses informations depuis sa chambre.

Le compte Twitter PassionFootball Club est bien connu des passionnés de ballon rond. En ce début d'année, il a dépassé les 100 000 followers. Ce compte a été créé par le Baudellois, Simon Courteille.

« Je l'ai créé il y a plus de trois ans, avant la Coupe du monde, juste par passion pour le foot », raconte le lycéen qui prépare actuellement un bac ES au lycée Lavoisier à Mayenne. Chaque jour, le fan de Saint-Etienne et de Dortmund distille ainsi informations, réactions, commentaires, lives de matches de Ligue 1, de Liga, de Bundesliga... Autant dire qu'il y consacre énormément de temps. Depuis un peu plus de deux ans, il a d'ailleurs reçu le soutien de Pierre, « un pote du foot ». Car évidemment, Simon pratique aussi son sport favori. Après avoir débuté au club de Contest/Saint-Baudelle, il évolue désormais en DH en U19 au Stade mayennais.

Ce compte Twitter, qu'il a complété par un blog pour pouvoir développer quelques interviews et analyses, lui a permis quelques contacts sympathiques avec le milieu du football. « J'ai par exemple échangé avec Bakary Sagna au téléphone. Je faisais un article sur un jeune de Manchester City. C'était énorme ! », se souvient-il, le sourire aux lèvres. Il est aussi heureux d'avoir pu discuter avec une joueuse de l'équipe de France de football qui a participé aux derniers jeux olympiques.

Evidemment, à 17 ans, toutes ses informations ne résultent pas de contacts directs. Mais cette expérience lui a donné envie d'aller plus loin. « Oui, j'aimerais maintenant en faire mon métier, devenir journaliste. Après, il faut passer par des études, j'espère pouvoir intégrer l'IUT de Tours. »

Son rêve : avoir une interview de Pierre-Emerick Aubameyang, son joueur préféré. « Plein d'amis l'ont déjà vu car il revient régulièrement sur Laval. Mais, moi, je ne l'ai jamais rencontré. »

Abonnez-vous au Courrier de la Mayenne
0 commentaires

Envoyer un commentaire